Octobre Rose : les CHU aux côtés des femmes

Plus un cancer est détecté tôt, mieux il se soigne ; Un message à faire passer, un comportement de dépistage à adopter ! tel est l'enjeu de la campagne d'information Octobre Rose. Acteurs majeurs de la prévention et du traitement du cancer, les CHU se mobilisent pour inciter les femmes à prendre soin d'elles. Quelques exemples d'initiatives...
Plus un cancer est détecté tôt, mieux il se soigne ; Un message à faire passer, un comportement de dépistage à adopter ! tel est l’enjeu de la campagne d’information Octobre Rose 2016. Acteurs majeurs de la prévention et du traitement du cancer, les CHU se mobilisent pour inciter les femmes à prendre soin d’elles. Quelques exemples d’initiatives…
À l’Assistance Publique – Hôpitaux de Marseille, médecins, soignants, le Centre de Coordination en Cancérologie (3C) et les Espaces de Rencontres et d’Information dédié au cancer (ERI), ont choisi de se mobiliser pour cette grande cause avec la participation du Pôle Femmes parents enfants et des sages-femmes et de l’association ARCADES. Du 3 au 19 octobre 2016, ils organisent des stands d’information, des ateliers d’autopalpation avec la participation des sages-femmes et du pôle Femmes Parents enfants, des rencontres avec l’ERI, des démonstrations de Médiété-Escrime (Activité Physique Adaptée aux patients atteints de cancer) et des consultations en accès libre sans rendez-vous organisées par le pôle Femmes Parents enfants. Le programme en détail sur http://fr.ap-hm.fr/actu/octobre-rose-a-l-ap-hm
L’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris qui a traité plus de 5 300 patientes  en 2015 pour un cancer du sein, mobilise ses équipes pour dispenser des conseils au village d’information, promouvoir l’installation artistico-médicale  « Voyage au cœur du sein » et participer à une marche rose dans Paris pour donner une pleine visibilité à cette vaste campagne. L’AP-HP organise aussi toute une palette d’actions de sensibilisation: un cycle de conférences, des forums, des stands d’information, des rencontres avec les professionnels,  des présentation des métiers du soin : infirmière/consultation d’annonce, assistante sociale, psychologue, diététicienne, des ateliers interactifs d’art thérapie, d’initiation au Médiéte (Activité physique adaptée), de nutrition, de modelage du dos et des mains avec une psycho-socio-esthéticienne, soins du visage et de maquillage, visite du mammographe, consultations. L’agenda complet est en ligne sur http://www.aphp.fr/octobre-rose-2016-lap-hp-le-programme-des-evenements  Nombreux  sont les partenaires associatifs qui soutiennent ces actions.
Rouen consacre son prochain Avis d’Experts* à Octobre rose et plus particulièrement à la reconstruction mammaire après un cancer avec une présentation des différentes techniques de reconstruction et des conditions pour en bénéficier… Jusqu’au 18 octobre, deux professionnelles du CHU de Rouen, le Pr Isabelle Auquit-Auckbur et le Dr Dorothée Coquerel, chirurgiens plastiques, répondront aux questions posées à l’adresse suivante : avisdexperts@chu-rouen.fr Avis d’Experts est à la fois une émission radio sur France Bleu Normandie qui se prolonge sur l’espace d’interaction questions réponses ouvert sur http://www3.chu-rouen.fr/Internet/votresante/avis-d-experts/
A Tours, sept acteurs de santé dont le CHU, coordonnent leur communication et mettent l’accent sur la nécessité d’éclairer la décision des femmes et de répondre à leurs questionnements, notamment sur les avantages et limites du dépistage du cancer du sein. Les partenaires rappellent l’action conduite auprès des femmes de 50 à 74 ans sans facteur de risque particulier. Invitées par le Centre de Coordination des Dépistages des Cancers (CCDC), elles peuvent réaliser une mammographie gratuite (sans avance de frais) et un examen clinique des seins, tous les 2 ans par un radiologue agréé. Les mammographies jugées normales en première lecture bénéficient d’une seconde lecture gratuite par un radiologue au sein du CCDC.
En 2014-2015, 62,2 % des femmes ont participé à ce dépistage, ce qui a permis à l’Indre-et-Loire de se classer au 6ème rang des départements français. Cependant, il reste encore de nombreuses femmes à sensibiliser pour atteindre l’objectif européen de 70 %. Depuis sa mise en place en 2003,  près de 330 000 mammographies ont été réalisées et 2 856 cancers diagnostiqués, dont 146 grâce à la seconde lecture.

Les CHU tweetent leur soutien

De même que RESEAU CHU

En savoir plus sur le cancer du sein en France*

Le cancer du sein est le cancer le plus fréquent chez les femmes en France, comme dans l’Union européenne et aux États-Unis. Le nombre de cas observés chaque année a tendance à diminuer depuis 2005, même si cette maladie reste la première cause de décès par cancer chez les femmes en 2012. S’il est dépisté à un stade précoce, ce cancer peut être guéri dans 9 cas sur 10.
Nombre de nouveaux cas estimés de cancer du sein en 2012 : 48 763.
Âge moyen au diagnostic en 2012 : 63 ans.
Dans plus de 8 cas sur 10, ce cancer touche des femmes âgées de 50 ans et plus.
Nombre de décès par cancer du sein estimés en 2012 : 11 886.
Âge moyen au décès en 2012 : 73 ans.
Survie nette (c’est-à-dire celle qu’on observerait si la seule cause de décès des personnes atteintes de cancer était le cancer) en 2008 (diagnostics portés entre 1989 et 2004) : 86 % à 5 ans, 76% à 10 ans.
A noter que ces chiffres concernent essentiellement les femmes. En effet, le cancer du sein peut aussi apparaître chez l’homme mais c’est extrêmement rare (moins de 1% des cancers du sein) et cela doit faire suspecter une prédisposition génétique s’il existe déjà un cas de cancer du sein masculin dans sa famille.
*Source : Les cancers en France en 2014 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.