Oeil sec : Protection / Désobstruction / Rééducation, le traitement en 3 phases de Bordeaux

La pathologie de l'œil sec est en passe de devenir la nouvelle maladie du siècle en raison de l’intense vie numérique de nos prunelles et du vieillissement de la population. Vue troublée, instable, accompagnée d'une sensation d'inconfort, de brûlure, de grain de sable, de larmoiement paradoxale... Ces symptômes sont de plus en plus fréquents. Pour les expliquer, les spécialistes pointent des déficits en qualité du film lacrymal et en sécrétion d'eau par la glande lacrymale principale. La chronicité s'installe quand ces deux points faibles sont cumulés. Pour traiter cette affection, l’unité d’ophtalmologie spécialisée du CHU de Bordeaux propose des soins Et un accompagnement personnalisés du patient. Explications…

La pathologie de l’œil sec est en passe de devenir la nouvelle maladie du siècle en raison de l’intense vie numérique de nos prunelles et du vieillissement de la population. Vue troublée, instable, accompagnée d’une sensation d’inconfort, de brûlure, de grain de sable, de larmoiement paradoxale… Ces symptômes sont de plus en plus fréquents. Pour les expliquer, les spécialistes pointent des déficits en qualité du film lacrymal et en sécrétion d’eau par la glande lacrymale principale. La chronicité s’installe quand ces deux points faibles sont cumulés. Pour traiter cette affection, l’unité d’ophtalmologie spécialisée du CHU de Bordeaux propose des soins Et un accompagnement personnalisés du patient. Explications…

La sècheresse oculaire par obstruction des glandes meibomiennes, situées dans le cartilage des paupières, est de loin la plus fréquente. Elle est souvent présente depuis très longtemps avant que les symptômes n’apparaissent. Les principales pathologies sont les blépharites et la maladie de Gourgero. Les blépharites par dysfonction des glandes meibomiennes sont la cause la plus banale d’œil sec. Les glandes meibomiennes fournissent la phase lipidique (grasse) qui stabilise le film lacrymal. Le film lacrymal est étalé par le clignement palpébral. Ce clignement peut être incomplet, peu fréquent et peu intense, limitant la possibilité de lubrification, induisant une souffrance inflammatoire et une dysfonction des secrétions meibomiennes. Si la situation dure, les glandes peuvent s’infecter (orgelet, chalazion), la cornée peut s’ulcérer et s’infecter (abcès).
La maladie de Gougerot caractérise la destruction par l’organisme de la glande lacrymale principale, asséchant dramatiquement la cornée. Elle est parfois primaire, sans cause, souvent secondaire suite à une maladie générale comme la polyarthrite rhumatoïde.
 
Une prise en charge est possible pour restituer une bonne fonction ou au moins éviter l’aggravation. Celle-ci passe par la compréhension du problème impliquant une analyse détaillée des paupières et de la surface oculaire, suivie d’une explication clarifiée des mécanismes. La corrélation structure/fonction est ici primordiale afin de définir la sévérité et le pronostic de la sécheresse oculaire. Ainsi, afin de diagnostiquer et prendre en charge le dysfonctionnement éventuel, le CHU de Bordeaux s’est doté de la dernière avancée technologique pour faire l’analyse de l’anatomie et fonctionnelle des glandes meibomiennes : plateforme Lipiview / Lipiflow.  Le lipiflow est un traitement à base de de pulsations thermiques qui aide à déboucher les canaux et à relancer la sécrétion de lipides des glandes de Meibomius.

Mais le traitement n’est pas tout, l’engagement de la personne s’avère essentielle : « La clé de la guérison repose en grande partie sur l’implication du patient et sur l’accompagnement de l’équipe médicale. L’objectif est de désamorcer le cycle d’auto-aggravation que le patient subit, fondant l’action sur les 3 axes suivants : Protection / Désobstruction / Rééducation. » explique le Pr David Touboul, responsable de l’unité cataracte, chirurgie réfractive, cornée, glaucome, lentilles service d’ophtalmologie CHU de Bordeaux 
La protection passe par des traitements lubrifiants et anti inflammatoires. La désobstruction par la rééducation du clignement et les soins de paupières ( lipiflow). En parallèle, le patient suivra des séance d’éducation thérapeutique comprenant la rééducation du clignement des yeux, l’apprentissage du bon geste pour nettoyer le bord de la paupière inférieure (orifices des glandes) avec un coton tige et aider les glandes meibomiennes à évacuer l’huile qu’elles contiennent.

Fiche "rééducation du clignement" – extrait du livret d’information sur l’œil sec ©CHU de Bordeaux
Pour compléter l’information du patient, le service a mis en ligne une brochure "L’oeil sec : comprendre pourquoi" très accessible qui explique le phénomène de sécheresse oculaire, indique les traitements possibles et détaille les modalités d’auto-soin des paupières.
Pour télécharger la brochure 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.