Officialisation des partenariats entre le CHU et la Polyclinique

Prises en charge coordonnée de patients atteints d'affections cancéreuses ou cardiologiques, organisation concertée des transferts de patients en urgence, en réanimation et en surveillance continue, mutualisation des moyens afin de garantir la permanence des soins entre les deux établissements… Nombreux sont les partenariats qui unissent le CHU et la polyclinique de Poitiers et se réfèrent aux préconisations du schéma régional d'organisation sanitaire 2006-2011. Le 27 octobre 2008 quatre conventions signées par Jean-Pierre Dewitte, directeur général du Centre hospitalier universitaire de Poitiers, et Pascal Arnault, directeur général de la Polyclinique de Poitiers entérinent officiellement ces multiples accords.

Prises en charge coordonnée de patients atteints d’affections cancéreuses ou cardiologiques, organisation concertée des transferts de patients en urgence, en réanimation et en surveillance continue, mutualisation des moyens afin de garantir la permanence des soins entre les deux établissements… Nombreux sont les partenariats qui unissent le CHU et la polyclinique de Poitiers et se réfèrent aux préconisations du schéma régional d’organisation sanitaire 2006-2011. Le 27 octobre 2008 quatre conventions signées par Jean-Pierre Dewitte, directeur général du Centre hospitalier universitaire de Poitiers, et Pascal Arnault, directeur général de la Polyclinique de Poitiers entérinent officiellement ces multiples accords.

La convention précise les engagements réciproques de chaque établissement concernant l’accueil et le traitement de leurs patients en urgence, en cancérologie, en cardiologie, en réanimation et surveillance continue.

Urgences
Le CHU de Poitiers traitera dans les délais les plus brefs les patients diagnostiqués par le médecin urgentiste de la Polyclinique de Poitiers lorsque ce dernier n’a pas les moyens d’assurer cette prise en charge et principalement en néonatologie, obstétrique, réanimation pédiatrique, pédiatrie et chirurgie pédiatrique, réanimation médicale et chirurgicale, neurochirurgie, endocrinologie, neurologie, néphrologie, maladies infectieuses, psychiatrie.
De son côté la structure des urgences de la Polyclinique de Poitiers s’engage à favoriser l’accès à ses moyens humains et technologiques à la demande du CHU de Poitiers en cas de circonstances particulières : plan blanc, délestage en cas d’affluence inhabituelle ou de saturation du service d’urgences du CHU, accès à certains examens complémentaires.

Cancérologie
La convention définit l’organisation de la pluridisciplinarité en cancérologie, l’application des traitements et la prise en charge des suites opératoires pour les patients dont le diagnostic est porté par un praticien de la Polyclinique de Poitiers. Elle concerne le traitement en chimiothérapie ou radiothérapie au CHU de Poitiers, la fourniture de cytotoxiques par la pharmacie du CHU pour réalisation à la Polyclinique des protocoles de chimio-embolisation., la conservation à la tumorothèque du CHU des tissus des patients opérés à la Polyclinique et la gestion du retour des patients en soins palliatifs et en structures de soins de suite et d’hospitalisation à domicile gérées par la Polyclinique.

Cardiologie
La convention porte sur le recours à la chirurgie cardiaque, à l’unité de soins intensifs cardiologiques et sur la prise en charge des douleurs thoraciques au CHU de Poitiers des patients atteints d’affections cardiologiques diagnostiquées par un praticien de la Polyclinique de Poitiers.

Unité de réanimation et de surveillance continue
Cette convention décrit et organise le flux des patients entre la Polyclinique de Poitiers et le CHU de Poitiers dans le cadre des structures de surveillance continue et de réanimation. Elle définit les conditions de transfert des malades de l’unité de surveillance continue de la Polyclinique vers l’un des deux services de réanimation du CHU ainsi que les conditions du retour de ces patients vers l’unité de surveillance continue de la Polyclinique

Pour limiter les fuites de patients hors région, la nouvelle organisation conjugue moyens publics et privés et garantit aux poitevins une même qualité de traitement, quelle que soit leur porte d’entrée dans le système de soins.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.