GHT Alpes Dauphiné : garantir l’accès aux soins pour tous

Avec neuf établissements publics de santé regroupant 15 000 professionnels et un budget proche d'un milliard d'euros, le GHT Alpes Dauphiné entend assumer un rôle déterminant au niveau local pour garantir l'égal accès à des soins de qualité aux 800 000 patients de son territoire.

Avec neuf établissements publics de santé regroupant 15 000 professionnels et un budget proche d’un milliard d’euros, le GHT Alpes Dauphiné entend assumer un rôle déterminant au niveau local pour garantir l’égal accès à des soins de qualité aux 800 000 patients de son territoire.   
Le Groupement Hospitalier de Territoire Alpes Dauphiné fédère 9 établissements publics de santé avec le Centre Hospitalier Universitaire Grenoble Alpes comme établissement support :  le Centre Hospitalier de Voiron, le Centre Hospitalier Alpes-Isère (Saint-Egrève), le Centre Hospitalier de la Mure, le Centre Hospitalier Rhumatologique de Saint-Martin-d’Uriage, le Centre Hospitalier de Saint-Laurent-du-Pont, le Centre Hospitalier de Rives, le Centre Hospitalier Michel Perret de Tullins-Fures et le Centre Hospitalier Gériatrique de Saint-Geoire-en-Valdaine.

Dès demain, il favorisera la coordination des prises en charge médicales, en garantissant l’accessibilité territoriale et la gradation des soins, par la définition commune de parcours de soins.
« La signature de cette convention constitutive marque aujourd’hui une première étape importante explique Jacqueline Hubert, directeur général du CHUGA. La convention précise les orientations du projet médical partagé qui sera décliné par filière pour janvier 2017 puis finalisé le 1er juillet 2017 » 
Partageant un engagement commun, guidés par les valeurs et les principes du Service Public Hospitalier, les neuf signataires de la convention – s’engagent à mettre en œuvre une stratégie de groupe public au service des usagers et à rechercher l’optimisation médico-économique des prises en charge, dans toutes leurs composantes.
Leur objectif commun consiste à apporter à chaque patient du territoire du GHT, soit près de 800 000 personnes, un même niveau de compétences médicales et soignantes, en homogénéisant les pratiques et en organisant les complémentarités partout où cela est possible.
Les établissements du GHT Alpes Dauphiné s’engagent également sur l’optimisation médico-économique des prises en charge, dans toutes leurs composantes, y compris logistiques et administratives. Ils mobiliseront leurs compétences et leurs moyens dans une stratégie rassemblant près de 15 000 professionnels et 4 500 lits et places, répartis sur toutes les filières de soins, autour de deux plateaux techniques principalement rassemblés au CHU Grenoble Alpes et au CH de Voiron, et disposant d’un budget annuel de fonctionnement proche d’un milliard d’euros.  
Ce projet médical partagé présentera la stratégie de groupe pour organiser la gradation des soins hospitaliers sur le territoire et définira les responsabilités des neufs établissements qui composent ce Groupement Hospitalier de Territoire. 
A ce stade, on retiendra parmi les priorités du GHT Alpes Dauphiné : la garantie de l’accessibilité territoriale, avec une attention particulière portée aux dispositifs de consultations avancées, d’alternatives à l’hospitalisation et de télémédecine, au maillage territorial des urgences, et à la mise en place de parcours de soins territoriaux performants ; des réflexions engagées pour la mise en place de pôles territoriaux en cardiologie, gériatrie, puis ultérieurement Urgences, voire pôle chirurgicaux ; des réflexions pour des organisations communes en imagerie, notamment grâce à la téléradiologie, et en biologie, autour d’un unique pôle de biologie ; un volet psychiatrique où le Centre Hospitalier Alpes-Isère et le CHUGA collaborent étroitement au service du territoire ; différentes réflexions communes : PUI, filières d’aval, permanence des soins…
La mise en place des groupements hospitaliers de territoire (GHT) est l’une des mesures les plus structurantes et les plus ambitieuses de la loi de modernisation du système de santé du 26 janvier 2016, article 107. Celle-ci fait suite à une mission ministérielle menée par Madame Jacqueline Hubert, directeur général du CHUGA et Monsieur Frédéric Martineau, radiologue et président honoraire de la conférence des présidents des CME de CH*.
*Mission Groupements Hospitaliers de Territoire – Jacqueline Hubert et Frédéric Martineau – Février 2016

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.