Olivier Véran annonce le versement de 260 millions d’euros complémentaires aux établissements de santé

Ces 260 millions d’euros seront versés aux établissements publics et privés de santé, en dotation complémentaire à l’exercice 2019. Ils s’ajoutent aux 415 millions d’euros de crédits hospitaliers déjà dégelés en décembre 2019.

Ces 260 millions d’euros seront versés aux établissements publics et privés de santé, en dotation complémentaire à l’exercice 2019. Ils s’ajoutent aux 415 millions d’euros de crédits hospitaliers déjà dégelés en décembre 2019.
Le ministre a également décidé d’accélérer le calendrier du versement des dotations pour 2020, avec une publication de la première circulaire budgétaire dès mars au lieu de mai comme habituellement.
Chaque année, le Parlement adopte l’objectif national des dépenses d’assurance maladie (ONDAM) dans le cadre de la loi de financement de la sécurité sociale. Les dernières données disponibles relatives à l’exercice 2019 indiquent que les dépenses d’assurance maladie ont moins progressé que l’objectif voté, du fait d’une évolution de l’activité hospitalière plus faible que prévue et de dépenses hospitalières de médicament plus basses qu’anticipées. Les crédits non consommés seront reversés aux établissements pour un montant total de 260 millions d’euros.
Ce versement permet d’atteindre le maximum de la hausse des crédits budgétés pour les établissements de santé lors du vote en LFSS pour 2019 d’un ONDAM relevé à 2,4%, sans attendre la clôture définitive des comptes mi-mars. Le reversement aux établissements des crédits non consommés sur le compartiment de dépenses de médicaments est une mesure inédite et exceptionnelle.
Par ailleurs, une partie des crédits nationaux de dotations pour 2020 pourront, pour la première fois, être connus des établissements et versés en avance de phase. Cela correspond à plus de 3,5 Md€ de crédits supplémentaires, qui seront notifiés dans le mois, et versés dès avril, et non pas fin mai comme c’est habituellement le cas. La première circulaire budgétaire sera ainsi publiée avec près de 3 mois d’anticipation.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.