Olivier Véran annonce le financement de 45 nouveaux projets de recherche sur le COVID-19 pour 22 millions d’euros

Pour accompagner l’effort inédit des équipes françaises, le ministère des Solidarités et de la Santé soutient la recherche appliquée sur le Coronavirus COVID-19 en la finançant à travers des appels à projets et en mettant en place des procédures accélérées d’autorisation. Il encourage aussi les Français à participer à ces études.

Pour accompagner l’effort inédit des équipes françaises, le ministère des Solidarités et de la Santé soutient la recherche appliquée sur le Coronavirus COVID-19 en la finançant à travers des appels à projets et en mettant en place des procédures accélérées d’autorisation. Il encourage aussi les Français à participer à ces études.
Le 25 mars dernier, une première vague de sélection a donné lieu au financement en urgence de 11 projets de recherche appliquée sur le COVID-19. Face aux nombreuses questions de santé soulevées par ce virus, le ministère des Solidarités et de la Santé a lancé une deuxième vague de sélection. Sur l’ensemble des 141 projets examinés en seconde vague, le jury a identifié 45 projets de recherche d’intérêt majeur pour un financement par le ministère des Solidarités et de la Santé.

Des projets de recherche appliquée d’intérêt immédiat

Parmi ces 45 projets, la majorité sont de nouveaux projets de recherche appliquée en santé d’intérêt immédiat tandis que d’autres sont des projets permettant d’obtenir des données importantes pour la gestion de la phase post-aigüe de la crise. Ces nouveaux projets de recherche couvrent à la fois la médecine en établissements (établissements de santé ou établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes, EHPAD) et la médecine de ville. Ils s’attachent notamment à la mise en place de nouveaux traitements mais aussi au suivi de populations spécifiques souffrant de maladies chroniques ou dans des situations précaires, à l’étude de nouvelles organisations des soins ou encore au suivi de l’évolution de l’épidémie.

Un financement sous conditions de suivi

Une nouvelle enveloppe d’autorisations d’engagement à haute maximale de 22 millions d’euros vient ainsi abonder l’enveloppe initiale de 9 millions d’euros, avec un financement sous conditions de suivi. En effet compte-tenu de l’évolution rapide des connaissances, le ministère des Solidarités et de la Santé sera attentif dans la politique de financement au déroulement effectif de ces projets de recherche et au respect des recommandations des autorités sanitaires. Par ailleurs, un travail de rapprochement de certains projets similaires est attendu. Ces recherches revêtent un enjeu national et même international qui force à la collaboration. Cela a été souligné par le jury.
« L’effort des équipes de soins et de recherche depuis le début de la crise est remarquable. Il faut aussi saluer les Français qui ont déjà contribué à la recherche sur le COVID-19 en acceptant de participer aux études. Toutes ces études sont menées dans le respect de l’éthique et de la sécurité des personnes. Les patients Français sont encouragés à continuer de prendre part à cette dynamique si une étude leur est proposée. Ces travaux sont indispensables à la compréhension de la maladie, à sa prévention et à sa prise en charge», souligne le ministre des Solidarités et de la Santé. 
Découvrir les 45 projets retenus

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.