On a opéré dans l’espace… Pour la première fois au monde !

Mercredi 27 septembre 2006, le Professeur Dominique Martin, le Docteur Laurent de Coninck du CHU de Bordeaux et leur équipe ont réalisé une intervention chirurgicale en apesanteur sur un homme. Avec leur patient, ils ont pris place dans un avion capable de recréer les conditions de l'apesanteur pour un vol de 3 heures. Durant cette expérimentation, menée en collaboration avec le CNES et le Conseil Régional d'Aquitaine le chirurgien a pu enlever une tumeur graisseuse de l'avant bras de Monsieur Philippe Sanchot, 46 ans.

Mercredi 27 septembre 2006, le Professeur Dominique Martin, le Docteur Laurent de Coninck du CHU de Bordeaux et leur équipe ont réalisé une intervention chirurgicale en apesanteur sur un homme. Avec leur patient, ils ont pris place dans un avion capable de recréer les conditions de l’apesanteur pour un vol de 3 heures. Durant cette expérimentation, menée en collaboration avec le CNES et le Conseil Régional d’Aquitaine le chirurgien a pu enlever une tumeur graisseuse de l’avant bras de Monsieur Philippe Sanchot, 46 ans.

Ce projet, débuté en 2003, a permis de démontrer que des gestes chirurgicaux complexes (réparation sous microscope d’une artère de 0,5mm) étaient possibles en apesanteur. Cette deuxième phase en 2006 est en fait un essai de faisabilité visant à tester un module chirurgical mis au point par l’équipe. Dés lors de nouvelles perspectives peuvent être envisagées : réalisation d’opérations lors de vols spatiaux, développement de technologies utilisées dans des conditions terrestres extrêmes…

Ce projet de très haute technologie pourrait également servir de pilote dans le cadre de l’assistance chirurgicale au sein de la future base lunaire qui devrait être opérationnelle d’ici dix à quinze ans.

Les autres développements possibles

– Le contexte spatial constitue une plate-forme expérimentale idéale pour mettre en place des technologies élaborées comme un robot piloté du sol par satellite.

– La téléchirurgie satellitaire sera un passage obligé de la chirurgie de demain. Un spécialiste situé à Singapour pourra, un jour, participer à une opération qui se déroulera à New-York ou inversement. Le Pr. Martin et son équipe sont en relation avec la Direction Générale des armées pour faire évoluer ce projet conjointement avec l’Agence Spatiale Européenne et fabriquer des outils spécifiques avec la perspective de retombées industrielles

Une autre résultante de ce projet est la réalisation d’unités opératoires démontables construites sur la base du module embarqué dans l’avion 0G et qui pourraient être transportables sur des lieux de catastrophe. L’ANVAR et les ONG ont déjà été sensibilisés à la production d’un modèle qui ne serait plus soumis bien sûr aux contraintes spatiales mais trouverait son utilité en matière de chirurgie d’urgence sur des lieux de catastrophes. Ce travail est fait en parallèle avec la Société ASCENSUD qui sera chargée de son développement.

Partenaires du projet
Institutionnels
le C.H.U. de Bordeaux, promoteur, le C.N.E.S. (Centre National d’Etudes Spatiales), l’E.S.A. (l’Agence Spatiale Européenne), la Société NOVESPACE, filière du C.N.E.S. et exploitant l’avion OG, le Conseil régional d’Aquitaine.
Sponsors Société Ethicon : premier groupe mondial de fabrication de fil chirurgical et le laboratoire Michel GOURDY.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.