Oncologie digestive : 1ères rencontres innovations et perspectives

Organisées par le service de chirurgie digestive de la Timone, ces premières rencontres qui se tiendront jeudi 18 septembre feront le point sur les nouvelles techniques chirurgicales et innovations thérapeutiques dans le traitement du cancer colorectal.

Organisées par le service de chirurgie digestive de la Timone, ces premières rencontres qui se tiendront jeudi 18 septembre feront le point sur les nouvelles techniques chirurgicales et innovations thérapeutiques dans le traitement du cancer colorectal.

Avec près de 37 400 nouveaux cas chaque année, le cancer colorectal se situe au 3e rang des cancers les plus fréquents derrière le cancer de la prostate (62 245 nouveaux cas) et le cancer du sein (49 814). Responsable de près de 17 000 décès par an, le cancer colorectal est la deuxième cause de décès par cancer après le cancer du poumon. Il touche en majorité les hommes.

La chirurgie représente le principal traitement du cancer colorectal. Spécialisé dans les cancers du colon et du rectum, le service de chirurgie digestive de la Timone développe des techniques chirurgicales de pointe. Réservé à des équipes expérimentées, ce domaine de la chirurgie requiert une spécialisation approfondie des gestes chirurgicaux. Seules les équipes qui ont une forte expérience dans ce domaine parviennent à un taux de guérison élevé.

Stratégie thérapeutique innovante
La stratégie thérapeutique utilisée au sein du service de chirurgie digestive de la Timone s’appuie sur la multidisciplinarité des équipes médicales, avec une coordination étroite entre les services de chirurgie, d’oncologie digestive, de radiothérapie et les laboratoires de biologie oncologique et d’anatomie pathologique. Ce regroupement, en un seul lieu, de compétences et de technicité en oncologie digestive permet de traiter les cas les plus complexes de façon immédiate, précise et efficace. Ainsi, depuis début 2008, le service de chirurgie digestive de la Timone a réalisé 1654 actes, dont 490 concernant les affections colo-rectales et anales. 184 interventions chirurgicales ont été faites, le plus souvent par voie coelioscopie, permettant de traiter un nombre élevé de patients atteints par des cancers colorectaux.

La coelioscopie est une technique non invasive, moins douloureuse que la chirurgie classique. Elle provoque moins de complications post-opératoires et permet de réduire la durée de séjour du patient.

La psycho-oncologie: une nécessité
La maladie étant source de souffrance physique, mais aussi psychologique , le service de chirurgie digestive propose à chaque patient, à tous les stades de la maladie, un soutien psychologique prodigué par des spécialistes en psycho-oncologie. Cet accompagnement intervient au chevet du malade ou en consultation.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.