Opération à coeur fermé : une 1ère au Nord de Paris

Opérer le coeur sans intervention chirurgicale, c'est la prouesse technique qu'ont réalisée les équipes du pôle cardiologie, faisant du CHRU de Lille un des premiers CHU de France à pouvoir accomplir ce délicat acte interventionnel.

Opérer le coeur sans intervention chirurgicale, c’est la prouesse technique qu’ont réalisée les équipes du pôle cardiologie, faisant du CHRU de Lille un des premiers CHU de France à pouvoir accomplir ce délicat acte interventionnel.

L’innovation consiste à remplacer une valve aortique calcifiée et rétrécie, sans opérer. Cette technique est destinée aux patients souffrant d’un rétrécissement de la valve aortique et dont l’état de santé ne permet pas une intervention chirurgicale (contre indication et haut risque opératoire ou haut risque en hospitalisation).

Cette innovation non invasive permet d’améliorer la qualité de vie des patients non opérables, particulièrement fragiles et contraints à des hospitalisations répétées. Elle peut, dans certains cas, constituer une alternative thérapeutique à la chirurgie actuelle pour ces patients. Cette décision est prise conjointement par les cardiologues et chirurgiens en charge du dossier des patients.

Comment ?
La technique consiste à introduire, par l’artère de la cuisse, une prothèse valvulaire préalablement rétrécie ; La valve est maintenue au bout d’un tuyau. Arrivée au coeur, la valve est déployée, repoussant la valve naturelle calcifiée et sténosée. D’une durée d’une heure environ, cette procédure est peu traumatique et permet un rétablissement rapide du patient, sans les contraintes liées à une intervention chirurgicale cardiologique traditionnelle.

A ce jour au CHRU de Lille, 4 patients ont pu bénéficier de cette innovation. 11 autres interventions sont d’ores et déjà programmées avant la fin de l’année.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.