Opération à coeur fermé : une 1ère au Nord de Paris

Opérer le coeur sans intervention chirurgicale, c'est la prouesse technique qu'ont réalisée les équipes du pôle cardiologie, faisant du CHRU de Lille un des premiers CHU de France à pouvoir accomplir ce délicat acte interventionnel.

Opérer le coeur sans intervention chirurgicale, c’est la prouesse technique qu’ont réalisée les équipes du pôle cardiologie, faisant du CHRU de Lille un des premiers CHU de France à pouvoir accomplir ce délicat acte interventionnel.

L’innovation consiste à remplacer une valve aortique calcifiée et rétrécie, sans opérer. Cette technique est destinée aux patients souffrant d’un rétrécissement de la valve aortique et dont l’état de santé ne permet pas une intervention chirurgicale (contre indication et haut risque opératoire ou haut risque en hospitalisation).

Cette innovation non invasive permet d’améliorer la qualité de vie des patients non opérables, particulièrement fragiles et contraints à des hospitalisations répétées. Elle peut, dans certains cas, constituer une alternative thérapeutique à la chirurgie actuelle pour ces patients. Cette décision est prise conjointement par les cardiologues et chirurgiens en charge du dossier des patients.

Comment ?
La technique consiste à introduire, par l’artère de la cuisse, une prothèse valvulaire préalablement rétrécie ; La valve est maintenue au bout d’un tuyau. Arrivée au coeur, la valve est déployée, repoussant la valve naturelle calcifiée et sténosée. D’une durée d’une heure environ, cette procédure est peu traumatique et permet un rétablissement rapide du patient, sans les contraintes liées à une intervention chirurgicale cardiologique traditionnelle.

A ce jour au CHRU de Lille, 4 patients ont pu bénéficier de cette innovation. 11 autres interventions sont d’ores et déjà programmées avant la fin de l’année.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.