Opéré le matin à l’hôpital, rentré le soir à la maison

Traitement chirurgical de la cataracte, libération du canal carpien, ablation de varices, lipo-aspiration, hernie, extraction de dents de sagesse… Les patients opérés pour ces affections entrent au CHU le matin de leur intervention et sont de retour chez eux le soir même. L'intervention se déroule dans une des salles de la plate-forme de chirurgie ambulatoire commune à plusieurs spécialités à l'hôpital Edouard Herriot(CHU de Lyon).

Traitement chirurgical de la cataracte, libération du canal carpien, ablation de varices, lipo-aspiration, hernie, extraction de dents de sagesse… Les patients opérés pour ces affections entrent au CHU le matin de leur intervention et sont de retour chez eux le soir même. L’intervention se déroule dans une des salles de la plate-forme de chirurgie ambulatoire commune à plusieurs spécialités à l’hôpital Edouard Herriot(CHU de Lyon).

Cette unité entièrement dédiée à la chirurgie ambulatoire vient en effet d’ouvrir au Pavillon C. Elle se compose d’un secteur hospitalisation de 10 places pour la prise en charge pré et post-opératoire, et d’un bloc opératoire de 4 salles, dont 2 sont partagées entre les différentes spécialités.

Les patients bénéficient d’un parcours simplifié (accueil dans l’unité sans passer par le bureau des entrées ; consultation anesthésique, intervention et séjour dans un lieu unique), et d’un accompagnement par l’équipe avant et après l’intervention (prise en compte du contexte psychosocial, échanges téléphoniques la veille et le lendemain de l’intervention…). La qualité et la sécurité de la prise en charge sont les mêmes qu’en chirurgie conventionnelle.

La plate-forme de chirurgie ambulatoire multidisciplinaire réalisera 3 200 interventions par an, dans les spécialités suivantes
– Ophtalmologie
– Chirurgie plastique
– ORL
– Chirurgie digestive et générale
– Urologie
– Orthopédie des membres supérieurs et inférieurs
– Stomatologie
– Chirurgie vasculaire

La chirurgie ambulatoire : priorité absolue des Hospices Civils de Lyon
« Tous les chirurgiens qui rejoignent la plateforme sont convaincus depuis longtemps de l’utilité de l’ambulatoire », explique le Pr Carole Burillon, responsable médicale de l’unité avec le Dr Lionel Bouvet. « Ils en faisaient déjà dans leur bloc, mais ces actes ambulatoires étaient ponctuels et peu visualisés tant par le public que par l’administration. » Ces activités déjà pratiquées en bloc conventionnel se poursuivent donc au pavillon C, tandis que de nouvelles spécialités se lancent dans l’ambulatoire, comme la stomatologie ou encore la chirurgie vasculaire. La plate-forme de l’hôpital Edouard Herriot reçoit, en outre, une partie de l’ophtalmologie de l’Hôtel-Dieu.

Située dans le bloc opératoire du Pavillon C (4 salles, à l’origine uniquement ophtalmologiques), les salles ont été entièrement rénovées et équipées, afin de pouvoir accueillir l’activité chirurgicale de 8 spécialités : ophtalmologie, orthopédie des membres supérieurs et inférieurs, ORL, chirurgie digestive et générale, chirurgie plastique, urologie, chirurgie vasculaire, stomatologie.

Les chirurgiens de ces spécialités viennent opérer sur la plate-forme de chirurgie ambulatoire par plage d’une journée entière.

3 patients peuvent transiter en même temps par la salle de réveil. L’unité de soins, rénovée elle aussi, compte 10 fauteuils. 20 patients peuvent être traités chaque jour.

En cas de complication survenant lors d’une intervention ou en post-opératoire, l’équipe peut s’appuyer sur la filière « urgences » de l’hôpital Edouard Herriot (notamment le Pavillon G, destiné à l’accueil des urgences chirurgicales et intégrant un service de réanimation). L’unité bénéficie également du plateau technique de l’hôpital (imagerie, laboratoires…).

La plate-forme de chirurgie ambulatoire multidisciplinaire : un investissement de près d’1,5 million d’euros
Surface totale : 1 425 m² (818 m² pour le secteur hospitalisation, 607 m² pour le bloc opératoire)
Coût de l’opération hors équipement : 630 000 € TTC (175 000 € TTC pour le secteur hospitalisation, 455 000 € pour le bloc opératoire)
Equipements médicaux et instrumentation : 709 700 €
Equipements non médicaux : 138 220 €

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.