Ophtalmo : 1ères implantations de prothèses rétiniennes à Bordeaux

Une femme de 70 ans et un homme de 72 ans non voyants car atteints de rétinopathie pigmentaire à un stade très avancé, ont bénéficié de l’implantation du système de prothèse Argus® II, les 12 et 13 février 2015. L'opération sous anesthésie générale a duré 2h30 à 3h00. Avant la pose des prothèses rétiniennes, leur acuité visuelle était réduite à une vague perception lumineuse. Deux semaines après, ils discernent les ombres des personnes autour d'eux. Une prouesse signée par le Pr Marie-Noëlle Delyfer et le Pr Jean-François Korobelnik du service d'ophtalmologie du CHU de Bordeaux.

Une femme de 70 ans et un homme de 72 ans non voyants car atteints de rétinopathie pigmentaire à un stade très avancé, ont bénéficié de l’implantation du système de prothèse Argus® II, les 12 et 13 février 2015. L’opération sous anesthésie générale a duré 2h30 à 3h00. Avant la pose des prothèses rétiniennes, leur acuité visuelle était réduite à une vague perception lumineuse. Deux semaines après, ils discernent les ombres des personnes autour d’eux. Une prouesse signée par le Pr Marie-Noëlle Delyfer et le Pr Jean-François Korobelnik du service d’ophtalmologie du CHU de Bordeaux.
« Les patients suivis lors de la visite de contrôle post-opératoire n’ont pas décrit de douleurs particulières. Nous avons pu constater que les plaques d’électrodes au contact de la rétine étaient bien en place et les premiers tests semblent encourageants avec de bonnes réponses des patients à la stimulation. Lors de la consultation du 26 février, soit 2 semaines après l’intervention, les patients ont déjà été capables de distinguer les ombres des personnes autour d’eux. » Pr Delyfer, Pr Korobelnik.
L’implant rétinien mis en place génère une stimulation électrique permettant de contourner les cellules perdues et de stimuler le reste des cellules encore viables de la rétine, induisant une perception visuelle chez les patients non-voyants.
A l’issue de l’intervention et de la période de cicatrisation, les patients seront suivis régulièrement pendant 2 ans. Ils participeront à un programme de rééducation visuelle dans un centre spécialisé puis à leur domicile avec le système implanté de manière à apprendre à utiliser les nouvelles informations visuelles fournies par l’implant et à les aidera à s’approprier de nouvelles sensations visuelles.
Le service d’ophtalmologie du CHU de Bordeaux est l’un des 3 centres en France référents sur cette innovation clinique (avec le CHU de Strasbourg et le CHNO des Quinze-Vingts à Paris).
Les professeurs Delyfer et Korobelnik sont des experts reconnus à un niveau national et international dans le diagnostic et le traitement des maladies rétiniennes. Ils pratiquent chaque semaine de nombreuses interventions chirurgicales pour traiter des patients jeunes ou moins jeunes présentant des maladies de la rétine urgentes (décollement de rétine, traumatisme, …) ou moins urgentes (membrane épimaculaire, trou maculaire, rétinopathie diabétique, …). Les chirurgies sont réalisées en routine sous anesthésie locale, en ambulatoire, en utilisant les dernières technologies, comme la vitrectomie sans suture 27G (avec des instruments mesurant moins de ½ millimètre de diamètre). De plus, ils participent à de nombreux projets de recherche, académiques avec l’INSERM, dans le cadre de PHRC – Programmes Hospitaliers de Recherche Clinique) ou industriels (avec les grands groupes pharmaceutiques mondiaux).

En savoir plus sur la rétinite pigmentaire et  le système de prothèse rétinienne

La rétinite pigmentaire (RP)
La RP est une maladie héréditaire grave qui engendre une dégénérescence progressive des cellules sensibles à la lumière dans la rétine. Elle entraîne une déficience visuelle qui peut être majeure et conduire à la cécité. On estime à 1,2 millions de personnes dans le monde atteintes de RP.
Le système de prothèse rétinienne
Destiné à stimuler électriquement la rétine, le système de prothèse rétinienne Argus® II déclenche une perception visuelle chez les personnes aveugles. Grâce à une caméra miniature logée dans les lunettes du patient, l’image est transmise par la monture de lunette à une antenne fixée à la paroi de l’œil. La prothèse convertit ainsi des images vidéo capturées en plusieurs séries de pulsations qui sont transmises sans fil à un faisceau d’électrodes placées à la surface de la rétine. Ces pulsations viennent ensuite stimuler les cellules rétiniennes, ce qui résulte en la perception de motifs lumineux par le cerveau. Le patient apprend alors à interpréter ces motifs lumineux tout en récupérant des capacités visuelles. Le système a été testé dans le cadre d’un essai clinique international multicentrique qui a débuté en 2007 et auquel 16 patients en Europe dont 4 français ont participé. Il y a aujourd’hui plus de 100 utilisateurs d’Argus II dans le monde, et un recul clinique de plus de 7 ans.
Source : Second Sight
Forfait innovation : un plus pour les patients
Le ministère des Affaires sociales et de la Santé a mis en place un « forfait innovation », système de prise en charge conçu pour mettre plus vite à disposition des patients des solutions thérapeutiques particulièrement innovantes. Pour inaugurer ce nouveau dispositif, le ministère a présélectionné la prothèse épirétinienne Argus II le 14 août 2014.
Le « forfait innovation » inclut la prise en charge de l’acte et des frais d’hospitalisation associés et, le cas échéant, la prise en charge du produit ou de la prestation. L’aide financière que représente le « forfait innovation » offre aux patients un accès précoce à la thérapeutique innovante Argus II.  Ce dispositif médical, qui possède un marquage CE, fait donc l’objet d’une prise en charge spécifique par l’assurance maladie.

A propos de Second Sight
Second Sight Medical Products, Inc a été fondée en 1998 dans le but de créer une prothèse rétinienne capable de restituer la vue de patients non-voyants atteints de dégénérescences rétiniennes telles que la rétinite pigmentaire. La mission de Second Sight est de développer, fabriquer et de commercialiser des prothèses visuelles implantables afin de permettre à des personnes non-voyantes d’acquérir une plus grande autonomie. Pour plus d’informations : www.secondsight.com
Les patients et les associations de patients peuvent contacter le service d’ophtalmologie du CHU de Bordeaux pour savoir s’ils sont éligibles ou non par mail implant-retine@chu-bordeaux.fr, ou en composant le Numéro Vert 0805 0805 96

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.