Ophtalmo. : nouveau laser pour traiter les pathologies rétiniennes

Rétinopathie liée au diabète, occlusion veineuse rétinienne, déchirures de la rétine avant le décollement… ces troubles qui peuvent entraîner la cécité sont désormais traités avec le laser Pascal en 1 à 4 consultations durant des séances de 10 minutes. L'unité médicale rétine, uvéites, neuro-ophtalmologie dirigée par le Pr Jean-François Koroblenik vient de se doter de ce matériel très performant. Le CHU de Bordeaux est à ce jour le seul CHU de l'Ouest et du Sud de la France à proposer à ses patients un traitement par laser PASCAL.

Rétinopathie liée au diabète, occlusion veineuse rétinienne, déchirures de la rétine avant le décollement… ces troubles qui peuvent entraîner la cécité sont désormais traités avec le laser Pascal en 1 à 4 consultations durant des séances de 10 minutes. L’unité médicale rétine, uvéites, neuro-ophtalmologie dirigée par le Pr Jean-François Koroblenik vient de se doter de ce matériel très performant. Le CHU de Bordeaux est à ce jour le seul CHU de l’Ouest et du Sud de la France à proposer à ses patients un traitement par laser PASCAL.

Particularités du laser PASCAL et bénéfice patient
Le PAttern SCAnning Laser (PASCAL) est un laser de 532 nanomètres semi-automatique qui délivre jusqu’à 25 impacts en une fraction de seconde. Ces impacts entraînent une faible diffusion de l’effet thermique du laser en profondeur vers la choroïde et vers les couches rétiniennes internes. Les bénéfices de cette technique sont nombreux pour le patient : peu ou pas de douleurs, peu de lésions de couches nerveuses rétiniennes et moins d’inflammation malgré un grand nombre d’impacts par séance.

Grâce à la courte durée de ses impacts, le laser PASCAL induit moins d’effets thermiques nocifs et diminue le temps de traitement, améliorant ainsi le confort du patient.

Dirigé par le Pr Joseph Colin, le service d’ophtalmologie est un centre de référence pour plusieurs pathologies disposant des toutes dernières innovations

La chirurgie réfractive : l’équipement est très innovant (iLASIK , associant un laser excimer VISX , un laser femtosecondes Intralase et un aberromètre wavescan permettant des traitement customisés)

Centre national de référence pour le Kératocône dans le cadre du plan maladies rares, avec la mise en place du traitement par crosslinking cornéen

Les affections médicales et chirurgicales de la rétine et du vitré, et en particulier la vitrectomie sans suture en ambulatoire, le traitement par laser PASCAL, et la DMLA (Imagerie par OCT SD et par autofluorescence)

La neuro-ophtalmologie et la prise en charge des uvéites difficiles

La chirurgie de la cataracte avec l’utilisation de nouveaux implants permettant de corriger la presbytie

Les greffes de la cornée, en particulier les nouvelles greffes lamellaires

L’ophtalmo-pédiatrie

Les glaucomes

La contactologie

Les unités et leurs responsables
– Segment antérieur : Cataracte , chirurgie réfractive , Glaucome , maladies et chirurgie de la cornée , Kératocône, Lentilles de contact : Pr Joseph COLIN

– Segment postérieur : Maladies et chirurgie vitréorétiniennes , uvéites , neuro-ophtalmologie : Pr Jean François Korobelnik

– Ophtalmo-pédiatrie , chirurgie orbito-palpébrale : Dr Bruno Mortemousque

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.