Ophtalmologie : innovation autour du parcours de soins

L’innovation hospitalière ne se résume pas à la seule prouesse thérapeutique. Dans les territoires situés à l‘Ouest de la région Rhône-Alpes, le progrès a pris la forme d’une coordination originale entre les services d’ophtalmologie des centres hospitaliers et le CHU de Saint-Etienne.

L’innovation hospitalière ne se résume pas à la seule prouesse thérapeutique. Dans les territoires situés à l‘Ouest de la région Rhône-Alpes, le progrès a pris la forme d’une coordination originale entre les services d’ophtalmologie des centres hospitaliers et le CHU de Saint-Etienne. Cette nouvelle approche de l’offre de soins spécialisée de proximité a été mise à l’honneur par la Fédération Hospitalière de France et l’Académie Nationale de Chirurgie qui ont décerné le prix FHF au Dr Nelly Campolmi, chirurgien ophtalmologiste exerçant au sein du service du Pr Philippe Gain pour son implication dans la réussite du projet « Ophtalmologie Nouvelle Génération (ONG)». Une démarche vertueuse qui fait la différence et améliore la vie des patients !
Pour pallier la pénurie d’ophtalmologistes et répondre aux besoins croissants de santé oculaire liés au vieillissement de la population, le Pr Philippe Gain a décidé de soutenir l’implantation des services d’ophtalmologie dans les hôpitaux publics de Firminy, Annonay, Saint-Chamond, Roanne et le dernièrement Montbrison. Sous son impulsion, les unités, créées selon un modèle d’organisation identique, fonctionnent en complémentarité avec celui du CHU de Saint-Etienne. Plusieurs hôpitaux disposent désormais d’un service « ONG » : Firminy, Annonay, Saint-Chamond, Roanne et le tout dernier Montbrison. 100 000 patients en bénéficient chaque année dans les différents services ONG.
Des soins plus accessibles et plus rapides
Dans ce parcours de soins, l’offre est répartie en actes de première intention et de recours. Ainsi le laser rétinien et la chirurgie de proximité sont essentiellement pratiqués dans les CH « ONG », comme les opérations de cataracte en ambulatoire ou les injections intravitréennes pour la dégénérescence maculaire. Dans son rôle de recours et de référence, le CHU prend le relai pour les interventions chirurgicales les plus lourdes telles que la greffe de cornée, le décollement de la rétine, le strabisme, le glaucome, ou la chirurgie des paupières… et les urgences assurées après 18 h 00 et les week-ends.

Un plus, le tandem ophtalmologiste/ orthoptiste garantit une offre de consultation et d’opérations de proximité dans les CH du territoire et une qualité d’examen optimale. Dans chaque service « ONG », le patient est d’abord accueilli par un orthoptiste qui effectue les mesures et les examens de base. Les résultats sont ensuite interprétés sur un modèle d’organisation identique.
L’organisation ONG : quand qualité rime avec efficacité
L’ONG intervient pour organiser et offrir un appui au lancement de projet de services d’ophtalmologie. Les aspects les plus concrets sont organisés dans le détail, afin d’assurer un fonctionnement optimal des services : organisation des boxes, emplacement des machines, choix du matériel de haute qualité, informatisation des dossiers. Le Dr Nelly Campolmi s’assure de la parfaite ergonomie des locaux afin de réduire les déplacements des patients souvent âgés, tout en optimisant le temps médecin. Elle a également offert un appui auprès de tous les personnels de consultation, notamment les orthoptistes, et de bloc opératoire (infirmiers instrumentistes) concernés par cette activité d’un nouveau genre. Nelly Campolmi a par exemple conduit des visites au CHU pour découvrir l’organisation déjà en place, afin de pouvoir la reproduire. En tant que chirurgien, elle a coordonné les premières opérations pour former les professionnels aux procédures, au déroulement des différentes étapes de la chirurgie et à la manipulation du matériel.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.