Ophtalmologie: l’UNADEV offre un équipement dernière génération au CHU de Bordeaux

L’Union Nationale des Aveugles et Déficients Visuels (UNADEV) a fait don d'un ophtalmoscope laser à balayage, d’un montant de 106 700 € au service d’ophtalmologie du Pr Jean-François Korobelnik du CHU de Bordeaux. Ce matériel de pointe permet de réaliser une image de presque toute la rétine, depuis la périphérie lointaine jusqu'au centre, sans gêne pour le patient, sans contact avec la cornée. Avec à la clé de de réelles avancées dans le cadre du diagnostic et du suivi de nombreuses pathologies.

L’Union Nationale des Aveugles et Déficients Visuels (UNADEV) a fait don d’un ophtalmoscope laser à balayage, d’un montant de 106 700 € au service d’ophtalmologie du Pr Jean-François Korobelnik du CHU de Bordeaux. Ce matériel de pointe permet de réaliser une image de presque toute la rétine, depuis la périphérie lointaine jusqu’au centre, sans gêne pour le patient, sans contact avec la cornée. Avec à la clé de de réelles avancées dans le cadre du diagnostic et du suivi de nombreuses pathologies. 
Ce nouvel équipement offre notamment la possibilité de réaliser des images du fond d’oeil et des angiographies rétiniennes en ultra grand champ (200°).«Voir la périphérie avec l’optomap, en particulier en angiographie, est vraiment indispensable en cas d’anomalie rétinienne vasculaire (rétinopathie diabétique, occlusion veineuse, drépanocytose)», précise le Pr Jean-François Korobelnik.

Un outil précieux pour le diagnostic et le suivi des maladies cécitantes

Cet ophtalmoscope dernière génération permet en particulier de faire des photos du fond de l’oeil pour suivre le bon positionnement des implants rétiniens chez des patients aveugles et des angiographies chez les diabétiques (analyse du réseau vasculaire rétinien), avec un meilleur diagnostic de l’ischémie rétinienne périphérique (diminution de l’apport sanguin au niveau des cellules rétiniennes) pour guider le traitement laser et prévenir les complications sévères de la rétinopathie diabétique aboutissant à la cécité.
De la même façon, il s’avère très utile pour réaliser des angiographies en cas d’occlusion veineuse rétinienne, d’uvéite ou en cas de drépanocytose ou encore des photos de décollement de rétine par déchirure lors de formations aux jeunes médecins et orthoptistes.
Avec le financement de ce matériel innovant, l’UNADEV participe à renforcer la qualité des soins dévolus et de la prise en charge des patients atteints de maladies cécitantes, dans lesquelles le CHU de Bordeaux fait référence. 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.