Ophtalmologie: l’UNADEV offre un équipement dernière génération au CHU de Bordeaux

L’Union Nationale des Aveugles et Déficients Visuels (UNADEV) a fait don d'un ophtalmoscope laser à balayage, d’un montant de 106 700 € au service d’ophtalmologie du Pr Jean-François Korobelnik du CHU de Bordeaux. Ce matériel de pointe permet de réaliser une image de presque toute la rétine, depuis la périphérie lointaine jusqu'au centre, sans gêne pour le patient, sans contact avec la cornée. Avec à la clé de de réelles avancées dans le cadre du diagnostic et du suivi de nombreuses pathologies.

L’Union Nationale des Aveugles et Déficients Visuels (UNADEV) a fait don d’un ophtalmoscope laser à balayage, d’un montant de 106 700 € au service d’ophtalmologie du Pr Jean-François Korobelnik du CHU de Bordeaux. Ce matériel de pointe permet de réaliser une image de presque toute la rétine, depuis la périphérie lointaine jusqu’au centre, sans gêne pour le patient, sans contact avec la cornée. Avec à la clé de de réelles avancées dans le cadre du diagnostic et du suivi de nombreuses pathologies. 
Ce nouvel équipement offre notamment la possibilité de réaliser des images du fond d’oeil et des angiographies rétiniennes en ultra grand champ (200°).«Voir la périphérie avec l’optomap, en particulier en angiographie, est vraiment indispensable en cas d’anomalie rétinienne vasculaire (rétinopathie diabétique, occlusion veineuse, drépanocytose)», précise le Pr Jean-François Korobelnik.

Un outil précieux pour le diagnostic et le suivi des maladies cécitantes

Cet ophtalmoscope dernière génération permet en particulier de faire des photos du fond de l’oeil pour suivre le bon positionnement des implants rétiniens chez des patients aveugles et des angiographies chez les diabétiques (analyse du réseau vasculaire rétinien), avec un meilleur diagnostic de l’ischémie rétinienne périphérique (diminution de l’apport sanguin au niveau des cellules rétiniennes) pour guider le traitement laser et prévenir les complications sévères de la rétinopathie diabétique aboutissant à la cécité.
De la même façon, il s’avère très utile pour réaliser des angiographies en cas d’occlusion veineuse rétinienne, d’uvéite ou en cas de drépanocytose ou encore des photos de décollement de rétine par déchirure lors de formations aux jeunes médecins et orthoptistes.
Avec le financement de ce matériel innovant, l’UNADEV participe à renforcer la qualité des soins dévolus et de la prise en charge des patients atteints de maladies cécitantes, dans lesquelles le CHU de Bordeaux fait référence. 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.