Ophtalmologie : la chirurgie réfractive 100% laser à Poitiers

Myopie, astigmatisme, hypermétropie et presbytie Pour corriger ces troubles de la vue, le CHU de Poitiers vient d’acquérir une plateforme de chirurgie réfractive 100% laser avec les lasers Femtoseconde et Excimer. Grâce à cette technique, il est possible de réduire la puissance des verres correcteurs ou des lentilles de contact, voire de s'en passer totalement. Sont concernés les patients adultes, de tout âge, souffrant de troubles de la réfraction.
Myopie, astigmatisme, hypermétropie et presbytie Pour corriger ces troubles de la vue, le CHU de Poitiers vient d’acquérir une plateforme de chirurgie réfractive 100% laser avec les lasers Femtoseconde et Excimer. Grâce à cette technique, il est possible de réduire la puissance des verres correcteurs ou des lentilles de contact, voire de s’en passer totalement. Sont concernés les patients adultes, de tout âge, souffrant de troubles de la réfraction.
Un examen approfondi est effectué en amont de l’intervention pour vérifier que le patient ne présente pas de contre-indication telle qu’une pathologie oculaire ou une déformation de la cornée (kératocône). L’évaluation est réalisée par des médecins du CHU, elle pourra aussi être assurée par des ophtalmologistes installés en activité libérale qui utiliseront le plateau technique de chirurgie réfractive du CHU.
La chirurgie réfractive, comment ça marche ?

Deux techniques pour corriger la vue : la PKR (laser de surface) et le Lasik (laser en profondeur).

La PKR remodèle la cornée en surface. Cette technique consiste à appliquer le laser après avoir enlevé la couche superficielle de la cornée. Elle s’adresse à des patients dont la myopie ne dépasse pas -6 dioptries et l’astigmatisme ne dépasse pas -2 dioptries. Elle est préconisée en cas de cornée irrégulière ou trop fine. C’est la technique la plus ancienne, mais elle présente comme principaux inconvénients une douleur modérée durant trois à quatre jours et une récupération visuelle sur plusieurs jours.
Le Lasik 100% laser est une technique qui comprend l’intervention de deux lasers et permet un remodelage de la cornée en profondeur. Un premier laser (Femtoseconde) crée un volet cornéen superficiel – une sorte de capot, puis un second laser (Excimer) sculpte dans l’épaisseur de la cornée. Il concerne les patients dont la myopie peut aller jusqu’à -8 dioptries et dont l’astigmatisme peut aller jusqu’à -5 dioptries. Cette technique a comme principaux avantages l’absence quasi-complète de douleur et une récupération visuelle dès le lendemain.
Quelle que soit la technique employée, les résultats à trois mois seront les mêmes.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’obésité

Elle concerne 17% des adultes en France, a des origines multiples et peut entraîner de nombreuses complications – cardiovasculaires, hépatiques, rénales, respiratoires, dermatologiques, cancers, diabète – : cette maladie, c’est l’obésité. Alors que la journée mondiale le l’obésité a eu lieu le le 4 mars, la rédaction a souhaité lui consacrer un dossier.

CHU de la Réunion, se préparer au cyclone

Au cours de la nuit du 20 au 21 février dernier, l’île de la Réunion a évité le choc qu’aurait pu causer le cyclone baptisé Freddy, finalement passé à environ 190 km de ses côtes. Face à l’alerte orange, le CHU de la Réunion a lancé son plan cyclone pour anticiper les conséquences d’une potentielle catastrophe. Retour sur les mesures mises en place.

MARADJA, une décennie à accompagner les jeunes atteints de cancers

En France, environ neuf cent adolescents (15-18 ans) et mille quatre cent jeunes adultes (18-25 ans) sont touchés chaque année par le cancer. Au CHU de Bordeaux, un lieu particulier leur est destiné, MARADJA (Maison Aquitaine Ressources pour Adolescents et Jeunes Adultes), qui fête ses dix ans. Nous y avons rencontré Lucile Auguin, traitée à vingt-trois ans pour une leucémie aiguë.

Lactarium Raymond Fourcade, la page se tourne à Bordeaux

Le 5 décembre dernier, sur le site de l’hôpital Haut-Lévêque (Pessac), était posée la première pierre du futur Lactarium Raymond Fourcade. Le projet qui sera livré l’an prochain, 1200 m2 de bâti neuf doté d’équipements dernier cri, doit venir “conforter la place du CHU de Bordeaux comme le plus important lactarium au niveau national” ; et prendre le relais de l’actuel site de production basé à Marmande (Lot-et-Garonne), en fonctionnement depuis près d’un demi-siècle et que le CHU avait acquis en 2012.