Ophtalmologie : la chirurgie réfractive dans un hôpital public lorrain, une première au CHR

Bonne nouvelle pour les myopes, hypermétropes, astigmates et presbytes du sillon lorrain, un établissement public, le CHR de Metz-Thionville, leur ouvre les portes de sa nouvelle plate-forme de chirurgie réfractive dotée d’un équipement de pointe : le laser excimer acquis pour un montant de 470 000 euros. Déjà réputée pour son expertise en chirurgie de la cataracte et en greffes de cornées (300 greffes réalisées), l’équipe du Dr Perone qui exerce au service d’Ophtalmologie de l’Hôpital Bon Secours se hisse désormais au rang de référence régionale en chirurgie du segment antérieur de l’œil

Bonne nouvelle pour les myopes, hypermétropes, astigmates et presbytes du sillon lorrain, un établissement public, le CHR de Metz-Thionville, leur ouvre les portes de sa nouvelle plate-forme de chirurgie réfractive dotée d’un équipement de pointe : le laser excimer acquis pour un montant de 470 000 euros. Déjà réputée pour son expertise en chirurgie de la cataracte et en greffes de cornées (300 greffes réalisées), l’équipe du Dr Perone qui exerce au service d’Ophtalmologie de l’Hôpital Bon Secours se hisse désormais au rang de référence régionale en chirurgie du segment antérieur de l’œil à savoir la chirurgie de cataractes, les greffes de cornées et la chirurgie réfractive. Jusqu’à présent, cette discipline n’était pas exercée dans les établissements hospitaliers publics de la région lorraine. Aujourd’hui le CHR met à la disposition des spécialistes libéraux et des autres hôpitaux sa plate-forme réfractive dans un esprit de coopération. Le service accueillera aussi les internes pour les former à cette chirurgie de haute précision.

L’équipement et la technique : le Laser Excimer

La Photoablation au Laser Excimer est une intervention  chirurgicale  de l’œil  qui consiste à sculpter la face antérieure de la cornée grâce à un faisceau laser, de manière à la remodeler en surface pour corriger les amétropies standards : myopie, hypermétropie, astigmatisme et presbytie De même, dans un but thérapeutique, cette technique permet de traiter les opacités cornéennes de surface et de régulariser les astigmatismes irréguliers pouvant se rencontrer classiquement après des greffes de cornées.. L’appareillage nécessaire comporte en plus du laser Excimer en lui-même, une station diagnostic qui sert à bilanter de manière exhaustive les troubles réfractifs initiaux.
L’intervention pour traiter ces pathologies dure en moyenne 15 minutes, et est réalisée durant une prise en charge externe du patient en secteur de consultation.

Une plateforme ouverte et co-utilisée par d’autres établissements de la région et par les ophtalmologues libéraux

La plate-forme réfractive est mise à disposition des ophtalmologues privés et des hôpitaux de la région sur la base d’une convention de co-utlisation du matériel et des locaux. A ce jour, l’Hôpital Militaire Legouest a signé une convention de co-utilisation ainsi que des ophtalmologues libéraux qui ont souhaité s’associer à ce projet.   Par ce projet, le CHR montre également sa volonté de renforcer son partenariat avec l’hôpital militaire et la médecine de ville.

Investissement

Le coût du laser et de la station de diagnostic : 469 735 Euros
L’activité prévisionnelle (environ 600 actes annuels la première année) permet d’équilibrer le coût d’investissement de cet appareil.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.