Ophtalmologie : le laser femto-seconde appliqué à la chirurgie de la cataracte

Cataracte, correction de la myopie, hypermétropie, astigmatisme et presbytie… Le service d’Ophtalmologie du Pr. François Malecaze du CHU de Toulouse est un des tout premiers centres d’ophtalmologie de France à utiliser le laser femto-seconde et à décliner son usage à la chirurgie de la cataracte...

Cataracte, correction de la myopie, hypermétropie, astigmatisme et presbytie… Le service d’Ophtalmologie du Pr. François Malecaze du CHU de Toulouse est un des tout premiers centres d’ophtalmologie de France à utiliser le laser femto-seconde et à décliner son usage à la chirurgie de la cataracte. Un plus pour les patients qui bénéficient d’opérations plus sûres, de phase opératoires maîtrisées, d’une dose réduite d’énergie ultrasonique et d’un minimum de temps d’intervention globe ouvert. Ce protocole parfaitement rodé garantit la qualité et la reproductibilité du résultat réfractif post opératoire.

Un nouveau laser pour la correction des troubles réfractifs
Ce laser est un nouvel outil chirurgical destiné aux découpes cornéennes. La procédure lasik est donc effectuée par la méthode du « tout laser ». Cette innovation permet une grande sécurité, une grande précision et une qualité accrue des résultats post-opératoires. Le laser femto-seconde émet des ondes lumineuses ultra brèves de l’ordre de 10-15 secondes. Il crée des microbulles de gaz juxtaposées qui permettent la formation d’un volet cornéen de façon ultra précise. Il permet d’enlever la variabilité d’une découpe mécanique, qui nécessitait une grande expérience chirurgicale.

Un nouvel outil de pointe dans la chirurgie de la cataracte
La technologie au laser femto-seconde, d’abord utilisée en chirurgie de la myopie, a trouvé une nouvelle application dans la chirurgie de la cataracte. Depuis janvier 2014, une salle opératoire est entièrement dédiée à cette chirurgie nouvelle génération. Depuis plus de 20 ans, la chirurgie de la cataracte est basée sur une technologie qui utilise des ultrasons : la phacoémulsification. Ce nouveau laser, capable de découper des structures oculaires à distance avec une grande précision, permet maintenant de réaliser les premières étapes de la chirurgie de la cataracte. La femto-cataracte permet de passer d’une procédure manuelle opérateur dépendant à une procédure semi automatisée par le laser, plus sûre. 

En pratique, le patient est installé sous le laser. Le chirurgien reçoit toutes les informations opératoires sur un écran et ajuste les repères pré-opératoires. Une fois les repères pris, (étape la plus longue), la procédure laser est très rapide, quelques secondes.
Le laser ne réalise que les premières étapes de la chirurgie. Le phacoémulsificateur demeure indispensable pour aspirer les masses cristalliniennes fragmentées par le laser femto-seconde.

La fin de l’intervention consiste à la mise en place de l’implant intraoculaire.
Activité du service d’Ophtalmologie du CHU de Toulouse
450 000 opérations/an en France
1 200/an au CHU de Toulouse

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.