Opthalmo. : télémédecine rouennaise une réponse innovante à la pénurie de spécialistes

Première en France, un orthoptiste de l’hôpital de Neufchâtel en Bray (50km de Rouen) est désormais autorisé à réaliser des bilans visuels à l’occasion de renouvellement de lunettes. Le dispositif se déroule en deux phases, dans un premier temps l’orthoptiste reçoit le patient et effectue l’examen. Le dossier est ensuite transmis pour analyse à l’ophtalmologiste du CHU de Rouen via un système de télémédecine. L'ophtlamologiste valide médicalement les données et signe l'ordonnance.
Première en France, un orthoptiste de l’hôpital de Neufchâtel en Bray (50km de Rouen) est désormais autorisé à réaliser des bilans visuels à l’occasion de renouvellement de lunettes. Le dispositif se déroule en deux phases, dans un premier temps l’orthoptiste reçoit le patient et effectue l’examen. Le dossier est ensuite transmis pour analyse à l’ophtalmologiste du CHU de Rouen via un système de télémédecine. L’ophtlamologiste valide médicalement les données et signe l’ordonnance. Au moindre doute, le patient est vu par un médecin ophtalmologiste. Les patients reçoivent chez eux sous 8 jours la prescription de verres correcteurs. 500 personnes ont déjà bénéficié de cette offre experte de proximité. Les consultants apprécient ce nouveau service hospitalier qui leur évite un déplacement et réduit les délais d’attente.

Sont concernés, les enfants et adultes de 6 à 50 ans, n’ayant aucune pathologie oculaire connue. Ils peuvent directement, et sans prescription médicale, prendre rendez‐vous pour une consultation d’orthoptie afin de bénéficier d’un bilan visuel complet par un orthoptiste en l’absence d’ophtalmologiste sur le même lieu

Ce protocole de coopération innovant entre le service d’ophtalmologie du CHU de Rouen et l’hôpital de Neufchâtel en Bray a été validé par la HAS et l’ARS Haute‐Normandie en juillet 2015 pour pallier la rareté des ophtalmologistes. Calqué sur le dispositif mis en place par le Dr Rottier dans les Pays de la Loire, ce protocole présente la particularité de recourir à la télémédecine pour l’analyse des données.

Les bénéfices de cette coopération
Le bénéfice est important pour les Neufchâtelois qui gagnent un service de télé-ophtalmologie et pour les professionnels de santé. Ainsi, cette entente donne l’opportunité aux orthoptistes de valoriser leur activité tout en diversifiant leurs taches. Le partenariat dégage également du temps ophtalmologique pour les patients souffrant de maladies oculaires. 
Depuis le début de sa mise en œuvre il y a un an, près de 500 patients ont été examinés via ce protocole, soit près de 15 patients par semaine. L’objectif à terme est de passer à 25/30 patients par semaine tout en gardant une offre de qualité avec des durées de consultation d’un minimum de 20 minutes par consultant. Ce partenariat, plébiscité et soutenu par les médecins généralistes locaux et les structures professionnelles ophtalmologiques et orthoptiques, est amené à s’étendre.

Déjà, l’équipe rouennaises a été sollicitée par l’AP‐HP et le CHU de Bordeaux, et de nombreux orthoptistes du secteur libéral, tous très intéressés.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.