ORL : Implant auditif inséré par chirurgie robot assistée – 1ère mondiale

Pour la première fois au monde, une équipe du service d’oto-rhino-laryngologie de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière (AP-HP) a eu recours à la chirurgie robot assistée pour insérer le porte-électrodes d’un implant cochléaire dans l’organe de l’audition d'un patient atteint de surdité sévère bilatérale. Cette intervention, réalisée par les docteurs Isabelle Mosnier et Yann Nguyen, s’est déroulée le 9 Juillet 2019. Il s'agit de la 129e première mondiale signée par une équipe hospitalo-universitaire française.
Pour la première fois au monde, une équipe du service d’oto-rhino-laryngologie de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière  (AP-HP) a eu recours à la chirurgie robot assistée pour insérer le porte-électrodes d’un implant cochléaire dans l’organe de l’audition d’un patient atteint de surdité sévère bilatérale. Cette intervention, réalisée par les docteurs Isabelle Mosnier et Yann Nguyen, s’est déroulée le 9 Juillet 2019. Il s’agit de la 129e première mondiale signée par une équipe hospitalo-universitaire française.
L’implant cochléaire est un dispositif médical électronique destiné à restaurer l’audition de personnes atteintes de surdité sévère à profonde. 
Les suites postopératoires immédiates sont simples avec un contrôle radiologique qui montre un positionnement adéquat de l’implant. Celui-ci sera activé dans trois semaines afin de débuter la réhabilitation de l’audition du côté de l’oreille implantée.

L’utilisation du robot (système RobOtol®) a permis une insertion à une vitesse lente inférieure à 0,5 mm/s, régulière, sans à coup et sans tremblement permettant une stabilité remarquable pendant toute la durée de l’implantation. C’est la première fois qu’une équipe va plus loin que le fraisage de l’os temporal en réalisant l’insertion de l’implant cochléaire de manière robotisée. Le système utilisé offre un meilleur contrôle de l’insertion de l’implant, ce qui permet de réduire le traumatisme lié à son insertion.  

La conception du système RobOtol® est le fruit d’une collaboration entre l’équipe de recherche de L’Unité UMR-S 1159 de l’Inserm et de Sorbonne Université (réhabilitation chirurgicale mini-invasive robotisée de l’Audition), le service d’ORL de la Pitié Salpêtrière AP-HP, l’institut des systèmes intelligents et robotisés (Sorbonne Université) et la société Collin ORL et a bénéficié du soutien de la Fondation pour l’Audition. Il s’agit d’un bras robotisé télé-opéré destiné au positionnement d’un porte-instrument. Ce système utilise des instruments spécifiques à la chirurgie otologique et est actuellement piloté à l’aide d’une souris 3D. Sa structure optimise la préservation du champ de vision, augmente la précision des gestes chirurgicaux et élimine tout tremblement de la main du chirurgien qui opère. Ce système a pu obtenir son marquage CE en 2016.
Le système robotisé RobOtol® (Collin ORL)
Après avoir été le premier robot au monde à pouvoir réaliser des chirurgies de l’otite chronique et de l’otospongiose en 2018, ce système permet désormais de réaliser des procédures sur l’oreille interne.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Panneau photovoltaïque

Le CHU durable, ou la nécessité de se tourner vert l’avenir

Installation de panneaux photovoltaïques, réduction des déchets, plan d’actions quinquennal etc. Comme d’autres établissements en France, et dans une période de nécessaire appropriation de solutions durables, le CHU de Clermont-Ferrand a pris le train en marche de l’éco-responsabilité. Si beaucoup reste à faire, quelques initiatives sont déjà à mettre à son crédit.

Chirurgie de l’obésité : une nouvelle expérimentation pour accompagner les patients aux HCL

Le Centre Intégré de l’Obésité des Hospices Civils de Lyon et la clinique Les Lilas Bleus participent, aux côtés des CHU de Toulouse et de Lille, à la mise en œuvre de l’expérimentation Article 51 national « Baria-Up », pour une durée de cinq ans. Ce premier parcours d’accompagnement de longue durée pour la chirurgie de l’obésité a accueilli en février ses deux premiers patients.