Orléans annule sa cérémonie des vœux pour dénoncer la contrainte financière

Pas banal le communiqué d'annulation de la cérémonie de vœux que viennent de cosigner Olivier Carré, maire d’Orléans et président du conseil de surveillance du CHR, Olivier Boyer, directeur général et le Dr Marie-Françoise Barrault, présidente de la commission médicale d’établissement du centre hospitalier régional d’Orléans. Entre exaspération et abattement, ils expliquent que « les contraintes économiques rencontrées par l’établissement nous ont conduits à adopter et mettre en œuvre un plan de retour à l’équilibre pénible mais nécessaire. De ce fait, il paraît plus pertinent de formuler ces vœux de manière plus solennelle et moins festive ».
Pas banal le communiqué d’annulation de la cérémonie de vœux que viennent de cosigner Olivier Carré, maire d’Orléans et président du conseil de surveillance du CHR, Olivier Boyer, directeur général et le Dr Marie-Françoise Barrault, présidente de la commission médicale d’établissement du centre hospitalier régional d’Orléans. Entre exaspération et abattement, ils expliquent « les contraintes économiques rencontrées par l’établissement nous ont conduits à adopter et mettre en œuvre un plan de retour à l’équilibre pénible mais nécessaire. De ce fait, il paraît plus pertinent de formuler ces vœux de manière plus solennelle et moins festive ». 
Mais ils ne sont pas pour autant désespérés. D’abord parce qu’ils savent que les patients peuvent compter sur le dévouement et le travail quotidien des personnels médicaux, soignants, administratifs et techniques. Grâce à eux "le CHR remplit dignement sa mission de service public, dans ce contexte difficile de retour aux équilibres financiers". Et puis 2017 a connu de belles réalisations : l’inauguration du nouvel hôpital, une performance en chirurgie bariatrique, le développement de la chirurgie ambulatoire dans de nombreuses spécialités, 1 000e intervention de chirurgie robotisée, la labellisation de 8 centres de compétences maladies rares de l’enfant et de l’adulte, l’amélioration continue de la performance en oncologie radiothérapie avec la mise en fonctionnement d’un nouveau Tep-scan et d’un 4ème accélérateur, l’ouverture d’une salle de confrontation protégée dans l’Unité médico-judiciaire des mineurs … et aussi la certification du CHR avec une cotation en B sans réserve et seulement 2 recommandations d’amélioration, 
Intégrant les dernières technologies médicales et logistiques, le CHR se présente donc comme un hôpital moderne de recours sur le territoire du Loiret et du nord de la région Centre-Val de Loire.
Le CHR joue aussi pleinement son rôle d’établissement support de GHT  du Loiret: La mise en œuvre du projet médical partagé adopté à l’unanimité en juin dernier, permettra au CHR de mieux remplir sa mission de recours sur le département, en soutenant l’offre de soins hospitaliers dans les 9 filières de soins du GHT. 
Et l’agenda 2018 est déjà bien rempli « avec la poursuite de nombreux projets d’envergure tels que le développement de la recherche clinique avec la plateforme d’interfaces, l’ouverture de l’unité hivernale, le lancement du chantier du nouvel EHPAD à Saran et le projet de coopération avec le CHU de Tours pour renforcer la démographie médicale du nord de la région’. 

Et en conclusion, un vœu en forme de pic à l’égard des autorités de tutelle, pour les inviter à investir encore davantage pour sortir le territoire de l’écart grandissant entre ce qui est souhaité comme niveau de qualité des soins, et la réalité à laquelle il est confronté. « Contraindre financièrement le CHR alors même que la continuité de l’offre de soins n’est pas assurée sur le territoire, fait courir un risque à la population la plus fragile en cas de crise sanitaire importante » concluent, acerbes, les signataires 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.