Orléans lance la construction d’une nouvelle résidence pour 124 seniors

Parce que l'établissement Paul Gauguin de La Chapelle-Saint-Mesmin (45) ne répondait plus aux standards de sécurité ni de confort hôtelier, le CHR d’Orléans a lancé un programme de reconstruction d’un nouvel EPHAD, dans le prolongement de celui de Bois Fleuri, sur le site de Saran. La nouvelle résidence qui ouvrira en 2020, accueillera jusqu’à 124 résidents dans 112 chambres spacieuses et lumineuses, 100 chambres individuelles de 20m² et 12 chambres doubles de 30m². Pour l’heure, les résidents de Paul Gauguin ont trouvé une place dans les autres structures pour personnes âgées gérées par le CHR Orléans.
Parce que l’établissement Paul Gauguin de La Chapelle-Saint-Mesmin (45) ne répondait plus aux standards de sécurité ni de confort hôtelier, le CHR d’Orléans a lancé un programme de reconstruction d’un nouvel EPHAD, dans le prolongement de celui de Bois Fleuri, sur le site de Saran. La nouvelle résidence qui ouvrira en 2020, accueillera jusqu’à 124 résidents dans 112 chambres spacieuses et lumineuses, 100 chambres individuelles de 20m² et 12 chambres doubles de 30m². Pour l’heure, les résidents de Paul Gauguin ont trouvé une place dans les autres structures pour personnes âgées gérées par le CHR Orléans.
A travers cet investissement de le CHR d’Orléans poursuit sa stratégie d’adaptation de son offre aux besoins et attentes des personnes âgées du bassin de vie et, plus globalement, du territoire.
Le futur établissement s’étendra sur 6 200 m² et son architecture sera organisée autour d’un patio à partir duquel se déploieront les deux niveaux d’environ 2 800 m² chacun. Chacun sera organisé en 4 ailes identiques enveloppant une zone centrale (salles de réunion, bureaux, salle polyvalente etc.). A l’intérieur, une salle de déambulation de près de 100 m² distribuera 14 chambres. 
Les personnes âgées pourront se promener en toute sécurité dans le patio comme sur la terrasse le surplombant. 

Un partenariat avec les collectivités locales

Ce projet a pu voir le jour grâce au soutien du Conseil départemental du Loiret, du Conseil régional, de l’ARS Centre-Val de Loire et des villes de Saran et d’Orléans. Ce futur EHPAD fait partie du Plan Loiret Bien Vieillir*, lancé par le Département qui participe financièrement au projet à hauteur de plus d’1,3 M€. 

Données repères

Coût estimé de l’opération 16 millions dont 3 millions d’euros de subventions
– 1.047.000 € au titre du PAI 2016 par la CNSA,
– 1.350.000 € par le Départemental du Loiret,
– 600.000 € par la Région Centre-Val de Loire

Maîtrise d’œuvre et maîtrise d’ouvrage : CHR d’Orléans
Architecte : Iona Costinescu, architecte du CHR – Direction des achats et de la logistique
Construction en 9 lots séparés
Calendrier sur 26 mois soit 2 mois de préparation du chantier et 24 mois de construction
Livraison prévue en mars 2020.
*Loiret Bien Vieillir est un plan solidaire pour améliorer l’hébergement des personnes âgées dépendantes. Lancé en 2015, il prévoit la reconstruction ou la restructuration de 24 EHPAD habilités à l’aide sociale à l’hébergement, sur les 68 EHPAD que compte le Loiret. L’impact financier de cette opération, sur les six années, s’élève à 127 M€ dont 23 M€ à la charge du département.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.