Orléans : un résultat financier 2012 proche de l’équilibre et une reconstruction en bonne voie

Le CHR poursuit la construction du nouvel hôpital, qui ouvrira en 2015 et maintient le cap du redressement budgétaire, conformément à son plan de retour à l’équilibre grâce à la croissance de l’activité de soins et à une meilleure maîtrise des charges. Conforme au plan de retour à l’équilibre, son déficit limité à 0,9 M€ en 2012 -contre 1,9 M€ en 2011 et 3,9 en 2010 - ne représente que 0,3 % des produits.

Le CHR poursuit la construction du nouvel hôpital, qui ouvrira en 2015  et maintient le cap du redressement budgétaire, conformément à son plan de retour à l’équilibre grâce à la croissance de l’activité de soins et à une meilleure maîtrise des charges.  Conforme au plan de retour à l’équilibre, son déficit limité à 0,9 M€ en 2012 -contre 1,9 M€ en 2011 et 3,9 en 2010 – ne représente que 0,3 % des produits.

En 2012, les recettes d’activités ont augmenté de 3 % et le volume des soins de 3,9 %. De bons résultats principalement dus à la progression de l’hospitalisation de jour (+6,6 %) tandis que l’hospitalisation complète (> 48 H) a augmenté de 1,7 %.
Parallèlement les mesures rigoureuses de maîtrise des dépenses adoptées en 2011 et visant à une stabilisation complète des charges d’exploitation, s’avèrent efficaces : l’évolution des dépenses de personnel limitée à 2 % et les dépenses hôtelières à 1,7 %. En outre, l’aide ponctuelle de l’ARS du Centre de 3,5 M€ a permis de compenser le sous-financement des soins de suite et de réadaptation et la réfaction de l’enveloppe MERRI.
 « La mobilisation des équipes médicales et soignantes a largement contribué à ce bon résultat » reconnait Olivier Boyer, directeur général qui met aussi en avant la saine situation financière de l’établissement doté de fonds propres et de provisions adéquats, à la hauteur des enjeux de l’investissement. Le CHR d’Orléans détient l’une des meilleures capacités d’auto-financement et marges brutes des CHU.

Fort de ce bilan, le CHR aborde sereinement le financement de son nouvel hôpital dont les emprunts sont désormais complétement sécurisés. Sa construction accompagne un territoire de santé en plein essor démographique et permet d’anticiper, par une conception flexible et adaptable, les progrès  techniques et l’évolution des organisations.
Outil au service des patients et des professionnels de santé, le nouvel hôpital d’Orléans améliorera encore la performance de l’institution avec la suppression des doublons qu’induit l’éclatement sur plusieurs sites, l’optimisation des espaces de soins par la création d’unités standardisées de 30 lits, réduisant les coûts d’exploitation et de maintenance (démarche HQE) et la professionnalisation des fonctions logistiques et hôtelières.
Le premier bâtiment ouvrira ses portes en septembre 2013 au bénéfice des patients de gériatrie et de soins de suite et de réadaptation, puis en 2015 pour les activités de médecine, chirurgie et obstétrique.
Des engagements pour l’avenir
Dans son projet d’établissement 2013-2017, le CHR entend conforter son rôle de pôle régional.
Pour soutenir ce dessein, il va amplifier les coopérations avec les établissements de santé du Centre, nouer des relations plus intenses avec ses correspondants médicaux, accueillir davantage d’externes et d’internes et densifier la communauté hospitalière de territoire nouée avec le CHU et la faculté de Tours en mai 2012. Cette coopération vise avant tout à pallier le déficit médical du nord-est de la région Centre. Sa première action concrète a été la création de 4 postes de chefs de clinique-assistants des hôpitaux qui ont rejoint le CHR d’Orléans, le 1er novembre 2012, pour accomplir leur triple mission clinique, d’enseignement et de recherche.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.