Orphacol® success story d’un médicament orphelin

Le prix Galien France 2014 a été décerné au laboratoire CTRS et au Pr Emmanuel Jacquemin, chef de service hépato-gastro-entérologie pédiatrique de l’Hôpital Bicêtre (AP-HP) pour la découverte d'Orphacol®, un traitement contre deux maladies hépatiques très rares.
Le prix Galien France 2014 a été décerné au laboratoire CTRS et au Pr Emmanuel Jacquemin, chef de service hépato-gastro-entérologie pédiatrique de l’Hôpital Bicêtre (AP-HP) pour la découverte d’Orphacol®, un traitement contre deux maladies hépatiques très rares.
Ce médicament est destiné à traiter deux maladies hépatiques extrêmement rares concernant moins d’une centaine de patients en Europe et gravissimes (déficit en 3ß-hydroxy-C27-stéroïde déshydrogénase/isomérase [3ß HSD] ou en ?4-3 oxostéroïde 5ß-réductase [?4-3-oxoR]). Ces deux maladies sont caractérisées par une accumulation de substances toxiques (métabolites hépatotoxiques) et évoluent vers une diminution ou arrêt de la sécrétion biliaire par le foie (cholestase) puis une insuffisance hépatique progressive irréversible et presque toujours létale en l’absence de traitement.
Jusqu’à cette découverte, le seul traitement était la greffe de foie avec toutes ses conséquences, d’autant plus importantes que cet acte devait être réalisé parfois dès les premiers mois de la vie. C’est à partir du début des années 90 que le Professeur Emmanuel Jacquemin de l’Hôpital Bicêtre (AP-HP), montre que l’administration d’acide cholique en traitement oral quotidien permet de traiter de jeunes patients atteints de ces pathologies métaboliques héréditaires.
Les premiers résultats se révèlent particulièrement significatifs et la pharmacie de l’hôpital Bicêtre accepte de produire les premières gélules. La fabrication est ensuite assurée par l’Etablissement Pharmaceutique de l’AP-HP (AGEPS) qui obtient la désignation orpheline en 2002.
Les partenaires décident d’aller jusqu’à l’Autorisation de mise sur le marché (AMM) européenne. En 2007, un accord de licence est signé avec le laboratoire CTRS, avec l’aide de l’Office du Transfert de Technologie et des Partenariats Industriels (OTT&PI), qui finalise le développement industriel et dépose une demande d’AMM européenne. 
Le Laboratoire CTRS enregistre alors l’acide cholique sous l’appellation ORPHACOL® et obtient le 12 septembre 2013, l’AMM européenne permettant ainsi d’espérer prendre en charge la centaine de patients qui pourraient être atteints sur le territoire européen.
L’efficacité et la tolérance d’Orphacol® ont été largement démontrées. Après une médiane de durée de traitement de plus de 17 ans, aucun patient n’a eu à subir de transplantation hépatique. Tous les patients traités ont retrouvé rapidement une qualité de vie normale et trois femmes ont mené à terme sept grossesses donnant naissance à des enfants en bonne santé.
Après le plus haut niveau d’amélioration du service médical rendu (ASMR niveau 1), attribué par la Haute Autorité de Santé, le Prix Galien, vient couronner ce partenariat de longue haleine entre l’AP-HP et le laboratoire CTRS.

Orphacol® est l’illustration d’une collaboration exemplaire entre secteurs public et privé, fruit d’une longue et belle histoire médicale, pharmaceutique, industrielle, mais surtout humaine, grâce à un esprit entrepreneurial partagé par tous.
Orphacol® démontre ainsi, de manière inédite, qu’il est possible de produire des médicaments pour un très faible nombre de patients ; ce qui constitue à la fois un challenge mais aussi un pari réussi, porteur d’espoir quant aux possibilités de développement d’autres médicaments pour d’autres maladies rares.

Déjà deux Prix Galien pour l’AP-HP

Innovation/valorisation : des transferts réussis pour que les patients profitent le plus vite possible des progrès de la science 
En 2001, l’AP-HP recevait son premier Prix Galien pour un médicament orphelin, le Fomépizole (Fomépizole AP-HP ®, Antizole ®), « l’antidote idéal » développé conjointement par les équipes médicales du Service de Réanimation Toxicologique de l’Hôpital Fernand Widal et les équipes pharmaceutiques de la Pharmacie Centrale des Hôpitaux de Paris (maintenant AGEPS). Dépourvu d’effets indésirables importants, il pouvait être administré précocement dès la suspicion d’intoxication à l’éthylène glycol. Certes rare, cette intoxication aiguë est responsable d’une morbidité élevée et de décès.
Le 4 décembre 2014 à Monaco, c’est l’Acide Cholique (Orphacol®), développé par la pharmacie de Bicêtre puis l’AGEPS et validé cliniquement par le Service d’Hépatologie et de transplantation hépatique pédiatrique de l’Hôpital Bicêtre qui reçoit le Prix Galien. Il permet de traiter les jeunes patients atteints de pathologies métaboliques hépatiques extrêmement rares. La cérémonie s’est déroulée
La désignation orpheline obtenue en 2001 par l’AP-HP auprès de l’EMEA, devait permettre de trouver un industriel qui se chargerait de l’enregistrement et de la mise sur le marché. Un challenge car nous avions tout ce qu’il fallait pour repousser un industriel : pas de brevet, une matière première initiale non pharmaceutique, un nombre de malades inférieur à 20…. L’Office du Transfert de Technologie et des Partenariats Industriels (OTT&PI) de l’AP-HP a mis en place les deux partenariats industriels primés par le Prix Galien.
Le premier avec Orphan en 2000 et le second avec CTRS en 2007. Pour Orphacol®, le médicament a obtenu une ASMR1, une première pour un médicament issu de l’innovation hospitalière, aucune ASMR 1 n’a été donnée en France depuis deux ans.
Des découvertes scientifiques et une démarche valorisation innovante
Le Dr Florence Ghrenassia, Directrice de l’OTT&PI se réjouit "Ce deuxième Prix Galien montre combien il est important de placer la recherche et le développement translationnels de l’AP-HP dans un cycle stratégique qui part de la détection des besoins et idées, jusqu’à leur concrétisation d’abord à petite échelle puis avec un vrai développement en partenariat dynamique et évolutif. Remporter deux Prix Galien avec ses partenaires industriels est une grande satisfaction pour l’AP-HP, pour ces deux produits, l’innovation était issue de l’AP-HP et la validation clinique réalisée à l’AP-HP. C’est la valorisation de l’innovation, du savoir faire et des données cliniques précieuses par un transfert industriel qui ont permis la mise sur le marché des médicaments et l’accès des malades au traitement innovants, encadré par un circuit de prescription et de délivrance adaptés."

A propos du Prix Galien
Le Prix Galien récompense, chaque année, des innovations thérapeutiques récentes mises à la disposition des professionnels de santé et des patients ainsi que des travaux de recherche pharmaceutique. Le comité d’honneur comprend les personnalités les plus éminentes du monde scientifique, parmi lesquelles plusieurs Prix Nobel. Le Prix Galien est considéré comme la plus haute distinction attribuée chaque année à la recherche pharmaceutique. 
En savoir plus sur :
Le Laboratoire CTRS
Créé en 2002, le laboratoire CTRS, société de droit français à capitaux exclusivement privés, s’est donné pour mission de développer, d’enregistrer et de commercialiser des produits destinés à traiter des maladies rares et graves pour lesquelles les approches thérapeutiques étaient très insuffisantes voire inexistantes. Rapidement, le laboratoire s’est tourné vers la mise en place de partenariats avec les structures académiques avec pour objectif de développer et faire connaître la richesse de la Recherche Française.
L’AP-HP, Assistance Publique – Hôpitaux de Paris, est le Centre hospitalo-universitaire (CHU) d’Île-de-France et le 1er CHU d’Europe. Ses 92 000 professionnels s’engagent à offrir à tous, 24h/24, des soins de grande qualité. Les 7 millions de personnes soignées chaque année bénéficient de traitement de pointe dans l’ensemble des disciplines médicales.
Créée à partir de l’ancienne Pharmacie Centrale des Hôpitaux, l’Agence Générale des Equipements et Produits de Santé (AGEPS) met en oeuvre la politique de l’AP-HP en matière d’équipements et de produits de santé. Prestataire de services pour les hôpitaux, elle est le service technique et pharmaceutique de l’AP-HP et a par ailleurs des missions nationales d’intérêt général. http://ageps.aphp.fr
L’Office du Transfert de Technologie et des Partenariats Industriels (OTT&PI) de l’AP-HP protège et valorise toutes les innovations issues des équipes de l’AP-HP et intervient en collaboration avec l’Etablissement Pharmaceutique de l’AP-HP (AGEPS) pour valoriser le potentiel des innovations développées en son sein en apportant son expertise en stratégie de valorisation : propriété industrielle, définition des business models, recherche de partenaires industriels et investisseurs pour les étapes de développement des projets innovants. http://www.ottpi.aphp.fr

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.