Ortho – Différence de longueur des jambes : allongement osseux par dispositif implantable motorisé

Séquelle de fracture, infection ou tumeur osseuse ou encore anomalie congénitale… sont souvent à l’origine d’une inégalité de longueur des membres inférieurs. Les répercussions sont plus ou moins lourdes comme les anomalies de la démarche ou une claudication handicapante entrainant des douleurs lombaires. Au-delà de 3 cm de différence de longueur, un traitement d’allongement chirurgical peut être proposé.

Séquelle de fracture, infection ou tumeur osseuse ou encore anomalie congénitale… sont souvent à l’origine d’une inégalité de longueur des membres inférieurs. Les répercussions sont plus ou moins lourdes comme les anomalies de la démarche ou une claudication handicapante entrainant des douleurs lombaires. Au-delà de 3 cm de différence, un traitement d’allongement chirurgical peut être proposé.
Plus qu’une opération : un programme d’allongement de longue durée, 6 mois minimum 
L’intervention consiste à réaliser une ostéotomie du fémur ou du tibia puis de l’allonger progressivement par distraction. Une fois la longueur voulue atteinte, il faut attendre la consolidation osseuse. La technique de référence fait appel à un fixateur externe. Il s’agit d’un dispositif placé à l’extérieur du membre et relié à l’os par des fiches métalliques. Cette technique présente de nombreuses complications, en particulier les infections et l’enraidissement des articulations. Des implants mécaniques sont ensuite apparus, mais ils présentent des problèmes de fiabilité et de douleurs causées au patient.
Un implant motorisé piloté par le patient pour un allongement progressif
Plus récemment, un dispositif motorisé totalement implantable nommé Fitbone® a été mis au point par l’entreprise allemande Wittenstein, spécialisée dans la mécanique de précision (elle fabrique certains composants des avions Airbus). Il permet de contrôler précisément l’allongement, diminuer les douleurs mais également le taux de complications.
Il est implanté en percutané (petites incisions) au niveau de l’os à allonger et le patient quitte l’hôpital généralement après 2 ou 3 jours, sans plâtre ni attelle. L’allongement se fait alors progressivement (1mm/jour) par le patient lui-même grâce à une télécommande externe. Le Professeur Accadbled a pu appliquer cette technologie à la reconstruction osseuse, notamment après traitement d’une tumeur osseuse chez l’enfant. Un projet est en cours au CHU pour le traitement des scolioses infantiles sévères.
Le CHU de Toulouse, centre de référence de l’allongement osseux par dispositif implantable motorisé unique en France
En 2010, le Pr Franck Accadbled (CHU de Toulouse, hôpital des enfants) a utilisé pour la 1ère fois en France un implant motorisé nommé Fitbone® pour traiter l’inégalité de longueur des membres inférieurs*. Depuis, 70 patients ont bénéficié de cette technique dans les services d’orthopédie infantile du Pr Jérôme Sales de Gauzy et d’orthopédie du Pr Philippe Chiron.
*Cette innovation a été rendue possible grâce à la Commission de l’Innovation et des Activités Nouvelles (CIAN) du CHU de Toulouse.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.