Ortho – Différence de longueur des jambes : allongement osseux par dispositif implantable motorisé

Séquelle de fracture, infection ou tumeur osseuse ou encore anomalie congénitale… sont souvent à l’origine d’une inégalité de longueur des membres inférieurs. Les répercussions sont plus ou moins lourdes comme les anomalies de la démarche ou une claudication handicapante entrainant des douleurs lombaires. Au-delà de 3 cm de différence de longueur, un traitement d’allongement chirurgical peut être proposé.

Séquelle de fracture, infection ou tumeur osseuse ou encore anomalie congénitale… sont souvent à l’origine d’une inégalité de longueur des membres inférieurs. Les répercussions sont plus ou moins lourdes comme les anomalies de la démarche ou une claudication handicapante entrainant des douleurs lombaires. Au-delà de 3 cm de différence, un traitement d’allongement chirurgical peut être proposé.
Plus qu’une opération : un programme d’allongement de longue durée, 6 mois minimum 
L’intervention consiste à réaliser une ostéotomie du fémur ou du tibia puis de l’allonger progressivement par distraction. Une fois la longueur voulue atteinte, il faut attendre la consolidation osseuse. La technique de référence fait appel à un fixateur externe. Il s’agit d’un dispositif placé à l’extérieur du membre et relié à l’os par des fiches métalliques. Cette technique présente de nombreuses complications, en particulier les infections et l’enraidissement des articulations. Des implants mécaniques sont ensuite apparus, mais ils présentent des problèmes de fiabilité et de douleurs causées au patient.
Un implant motorisé piloté par le patient pour un allongement progressif
Plus récemment, un dispositif motorisé totalement implantable nommé Fitbone® a été mis au point par l’entreprise allemande Wittenstein, spécialisée dans la mécanique de précision (elle fabrique certains composants des avions Airbus). Il permet de contrôler précisément l’allongement, diminuer les douleurs mais également le taux de complications.
Il est implanté en percutané (petites incisions) au niveau de l’os à allonger et le patient quitte l’hôpital généralement après 2 ou 3 jours, sans plâtre ni attelle. L’allongement se fait alors progressivement (1mm/jour) par le patient lui-même grâce à une télécommande externe. Le Professeur Accadbled a pu appliquer cette technologie à la reconstruction osseuse, notamment après traitement d’une tumeur osseuse chez l’enfant. Un projet est en cours au CHU pour le traitement des scolioses infantiles sévères.
Le CHU de Toulouse, centre de référence de l’allongement osseux par dispositif implantable motorisé unique en France
En 2010, le Pr Franck Accadbled (CHU de Toulouse, hôpital des enfants) a utilisé pour la 1ère fois en France un implant motorisé nommé Fitbone® pour traiter l’inégalité de longueur des membres inférieurs*. Depuis, 70 patients ont bénéficié de cette technique dans les services d’orthopédie infantile du Pr Jérôme Sales de Gauzy et d’orthopédie du Pr Philippe Chiron.
*Cette innovation a été rendue possible grâce à la Commission de l’Innovation et des Activités Nouvelles (CIAN) du CHU de Toulouse.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.