Ortho – Différence de longueur des jambes : allongement osseux par dispositif implantable motorisé

Séquelle de fracture, infection ou tumeur osseuse ou encore anomalie congénitale… sont souvent à l’origine d’une inégalité de longueur des membres inférieurs. Les répercussions sont plus ou moins lourdes comme les anomalies de la démarche ou une claudication handicapante entrainant des douleurs lombaires. Au-delà de 3 cm de différence de longueur, un traitement d’allongement chirurgical peut être proposé.

Séquelle de fracture, infection ou tumeur osseuse ou encore anomalie congénitale… sont souvent à l’origine d’une inégalité de longueur des membres inférieurs. Les répercussions sont plus ou moins lourdes comme les anomalies de la démarche ou une claudication handicapante entrainant des douleurs lombaires. Au-delà de 3 cm de différence, un traitement d’allongement chirurgical peut être proposé.
Plus qu’une opération : un programme d’allongement de longue durée, 6 mois minimum 
L’intervention consiste à réaliser une ostéotomie du fémur ou du tibia puis de l’allonger progressivement par distraction. Une fois la longueur voulue atteinte, il faut attendre la consolidation osseuse. La technique de référence fait appel à un fixateur externe. Il s’agit d’un dispositif placé à l’extérieur du membre et relié à l’os par des fiches métalliques. Cette technique présente de nombreuses complications, en particulier les infections et l’enraidissement des articulations. Des implants mécaniques sont ensuite apparus, mais ils présentent des problèmes de fiabilité et de douleurs causées au patient.
Un implant motorisé piloté par le patient pour un allongement progressif
Plus récemment, un dispositif motorisé totalement implantable nommé Fitbone® a été mis au point par l’entreprise allemande Wittenstein, spécialisée dans la mécanique de précision (elle fabrique certains composants des avions Airbus). Il permet de contrôler précisément l’allongement, diminuer les douleurs mais également le taux de complications.
Il est implanté en percutané (petites incisions) au niveau de l’os à allonger et le patient quitte l’hôpital généralement après 2 ou 3 jours, sans plâtre ni attelle. L’allongement se fait alors progressivement (1mm/jour) par le patient lui-même grâce à une télécommande externe. Le Professeur Accadbled a pu appliquer cette technologie à la reconstruction osseuse, notamment après traitement d’une tumeur osseuse chez l’enfant. Un projet est en cours au CHU pour le traitement des scolioses infantiles sévères.
Le CHU de Toulouse, centre de référence de l’allongement osseux par dispositif implantable motorisé unique en France
En 2010, le Pr Franck Accadbled (CHU de Toulouse, hôpital des enfants) a utilisé pour la 1ère fois en France un implant motorisé nommé Fitbone® pour traiter l’inégalité de longueur des membres inférieurs*. Depuis, 70 patients ont bénéficié de cette technique dans les services d’orthopédie infantile du Pr Jérôme Sales de Gauzy et d’orthopédie du Pr Philippe Chiron.
*Cette innovation a été rendue possible grâce à la Commission de l’Innovation et des Activités Nouvelles (CIAN) du CHU de Toulouse.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Lyon, l’IA prédit désormais des résultats d’essais cliniques

Le 11 septembre dernier, le groupe pharmaceutique AstraZeneca a publié les résultats d’un essai clinique sur un traitement pour soigner le cancer du poumon. Jusqu’ici, tout paraît à peu près normal. Ce qui l’est moins : trois jours avant cette publication, une intelligence artificielle a permis de prédire avec justesse les résultats de ce même essai. Une grande première au niveau mondial.

Dossier : l’Accident Vasculaire Cérébral (AVC)

L’Accident Vasculaire Cérébral touche 150 000 personnes par an. Responsable de 110 000 hospitalisations selon le ministère de la santé, cet arrêt soudain de la circulation sanguin à l’intérieur du cerveau représente la troisième cause de décès chez l’homme et deuxième chez la femme, soit au total 30 000 décès par an. En France, plus de 500 000 Français vivent avec des séquelles suite à un AVC.

AVC : la promesse d’une prise en charge en moins de dix minutes

Les conséquences d’un Accident Cardiovasculaire (AVC) peuvent être lourdes, voire fatales. Première cause de dépendance et troisième cause de mortalité en France, cette pathologie due à une mauvaise irrigation du cerveau fait de plus en plus de victimes. Face à cette réalité alarmante, le CHU de Montpellier a annoncé fin août la mise en place d’un nouveau plateau technique offrant aux patients un parcours de soins optimisé. Et de promettre désormais une “prise en charge en neuf minutes”.

Coup d’oeil sur le métier d’infirmière formatrice

Isabelle Teurlay-Nicot est infirmière formatrice auprès des aides-soignants à l’IMS (Institut des Métiers de la Santé) du CHU de Bordeaux. Un métier qui ne se limite pas seulement à la notion d’apprentissage. En juillet dernier, elle a accepté de revenir sur cette profession ou se mêlent expertise médicale et pédagogie.

Hépatite C : à Strasbourg, Frédéric Chaffraix dirige le service qui l’a soigné

C’est tout près de l’hôpital Civil (Hôpitaux Universitaires de Strasbourg) que nous avons croisé la route de Frédéric Chaffraix, Responsable du Service Expert de Lutte contre les Hépatites Virales en Alsace (SELHVA). Ce service, l’homme de 42 ans le connaît bien. Car avant d’en prendre la tête – lui qui n’est pas médecin -, Frédéric l’a côtoyé en tant que patient, après avoir vécu vingt-trois ans, et sans le savoir, avec le virus de l’hépatite C. Rencontre.