Orthopédie : première chirurgicale en Inde par un spécialiste du CHU de Nice

De Nice à New Delhi, l'expertise française s'est exportée avec succès ce 19 février 2017. La première intervention indienne de stabilisation de l'épaule par "butée" osseuse sous vidéochirurgie a été effectuée par le Pr Boileau, chirurgien orthopédiste du CHU de Nice, sur un jeune homme de 26 ans.
De Nice à New Delhi, l’expertise française s’est exportée avec succès ce 19 février 2017. La première intervention indienne de stabilisation de l’épaule par "butée" osseuse sous vidéochirurgie a été effectuée par le Pr Boileau, chirurgien orthopédiste du CHU de Nice, sur un jeune homme de 26 ans. 
Ce patient présentait de multiples déboîtements de l’épaule, malgré une première tentative de stabilisation de l’épaule par les chirurgiens indiens quelques mois auparavant. L’intervention s’est déroulée au Centre National de Médecine du Sport de New Delhi et a été retransmise en direct à 400 chirurgiens venus de différents centres de soins indiens. L’occasion pour eux de découvrir la technique mini-invasive mise en œuvre par le Pr Pascal Boileau pour ce type d’opérations. 
L’instabilité de l’épaule traitée souvent tard en Inde
La presse indienne s’est fait l’écho de cette première chirurgicale car l’instabilité de l’épaule est une pathologie fréquente, très invalidante et pour laquelle, dans ce pays, les patients consultent souvent tard, après de multiples épisodes de luxation ou subluxation de l’épaule. Ils présentent alors une usure de la surface articulaire de la scapula (la glène) qui nécessite une greffe osseuse pour reconstruire et stabiliser l’épaule.
L’opération de Latarjet (du nom du chirurgien français qui l’a décrite dans les années 1950) ou "butée de l’épaule " consiste à réaliser cette greffe osseuse en transférant un appendice de la scapula (la coracoïde) plus bas sur cette dernière et à la fixer par des vis (reconstituant la surface articulaire). Cette intervention est habituellement faite "à ciel ouvert" et nécessite une incision de 5 à 7cm en avant de l’épaule.
Une intervention aux nombreux bénéfices pour le patient
La technique mise au point par le Pr Boileau permet d’effectuer cette opération sans "ouvrir" grâce à une caméra à fibre optique et des instruments miniaturisés introduits dans l’épaule. La chirurgie se fait par "trous de serrure", des mini incisions de 5mm. Avec ce procédé mini-invasif, il n’est plus nécessaire de fixer la butée par des vis. Celles-ci sont remplacées par des petits boulons en titane. 
L’opération ainsi réalisée offre de nombreux bénéfices au patient. Elle améliore la précision du geste chirurgical (grâce au grossissement optique) et évite une cicatrice. Ce type d’intervention réduit par ailleurs le risque d’infection et la durée de séjour hospitalier. Elle permet aussi une reprise plus rapide des activités sportives et professionnelles.
Sous l’égide de l’Académie Indienne d’Arthroscopie et de Médecine du Sport, et à l’invitation du Pr Deepack Chaudhary, directeur du Centre National de Médecine du Sport de New Delhi, le Pr Pascal Boileau a donné des conférences et opéré sur place plusieurs patients.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.