OUI A NOUVEAU : renouvellement de la convention entre le CHU Dijon Bourgogne et l’Université

54 ans après la signature de la première union entre le CH et l’Université de Dijon qui a donné naissance au CHU Dijon Bourgogne, les deux institutions viennent de confirmer leur alliance et de renforcer leurs synergies dans les domaines de l’enseignement et de la recherche-innovation. Plus de 1 000 professionnels et futurs professionnels sont directement concernés : 100 enseignants chercheurs accueillent et encadrent chaque année plus de 500 internes et 900 étudiants hospitaliers. Côté recherche-innovation, plus de 1 000 projets de recherche, avec plus de 7 000 patients inclus, sont conduits chaque année et donnent lieu à près de 700 publications scientifiques de haut niveau.

54 ans après la signature de la première union entre le CH et l’Université de Dijon qui a donné naissance au CHU Dijon Bourgogne, les deux institutions viennent de confirmer leur alliance et de renforcer leurs synergies dans les domaines de l’enseignement et de la recherche-innovation. Plus de 1 000 professionnels et futurs professionnels sont directement concernés : 100 enseignants chercheurs accueillent et encadrent chaque année plus de 500 internes et 900 étudiants hospitaliers. Côté recherche-innovation, plus de 1 000 projets de recherche, avec plus de 7 000 patients inclus, sont conduits chaque année et donnent lieu à près de 700 publications scientifiques de haut niveau.

Une convention pour renforcer les dynamiques en enseignement et recherche-innovation

Le renouvellement de la convention hospitalo-universitaire entre le CHU Dijon Bourgogne et l’université de Bourgogne pérennise et renforce les complémentarités. Ainsi, le CHU et l’université de Bourgogne coordonnent le recrutement des personnels hospitalo-universitaires en préparant conjointement une prospective cohérente avec leurs axes stratégiques de développement. Ils feront le point sur cette coordination annuellement, lors d’un directoire élargi. Marqueur de cette cohésion, la signature scientifique commune utilisée pour l’ensemble du site Bourgogne-Franche- Comté.
Les personnels et étudiants ·
Le CHU et l’université de Bourgogne s’engagent à ce que les personnels placés sous leur responsabilité respectent les dispositifs d’hygiène et de sécurité en vigueur dans les locaux où ils interviennent. L’université de Bourgogne exerce une vigilance particulière pour que son personnel et ses étudiants, amenés à être en contact avec les patients du CHU, portent la plus grande attention au respect de leurs droits. 
Le modèle CHU
Fondement de la composante universitaire du CHU, la convention entre l’hôpital et la faculté renforce la cohérence et la coordination entre les stratégies du CHU et de l’université de Bourgogne. Créés par les ordonnances de 1958, les CHU sont la pierre angulaire du service public hospitalier : hôpital référent pour le territoire desservi mais aussi centre de recours et d’excellence pour les acteurs du système sanitaire régional, le CHU est un lieu de formation et d’enseignement pour tous les métiers de la santé (médecins et paramédicaux) et un lieu de recherche et d’innovation avec pour ambition de porter toujours au plus haut la qualité et la sécurité des soins aux patients.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.