our leurLa mauvaise prise en charge des seniors ps prothèses auditives et dentaires

C’est un réel problème que rencontre un bon nombre de personnes âgées de plus de 60ans, lorsqu’elle rencontre, pour la première fois, la nécessité d’user d’un dispositif médical.rnQu’ils soient d’ordre auditif ou dentaire, cela touche la plus grande partie des seniors.rn

rnrn
Selon unernenquête IPSOS, 34% des seniors de plus de 60ans seraient atteints de troublesrnauditifs, et l’évolution des soins dentaire après 55ans tendent a devenir dernplus en plus lourd et coûteux, (prothèses et implants).
rnrn
Une prise enrncharge adaptée s’impose à cette population qui se trouve confrontée à desrndépenses indispensables à une bonne qualité de vie.
rnrnrnrn
Prothèse auditives :
rnrn
La conditionrnpour bénéficier d’une prise en charge par la sécurité sociale, c’est de serndoter d’un appareillage, listé sur la liste des produits remboursés. Et dans cerncas, la prise en charge de la part sécu, est de 60%.
rnrn
Lesrnmutuelles séniors, proposent une couverture pouvant aller jusqu’à 800parrnan, en plus du remboursement immédiat couvrant entre 200 et 300% du prixrnrestant.
rnrn
 
rnrn
Prothèses dentaires :
rnrn
Le calculrnest beaucoup moins avantageux lorsque l’on parle de prothèses dentaires,rn(couronnes, implants, bridges…). D’une part le prix est libre, et d’autre partrnl’assurance maladie ne couvre que 70% du prix du générique le moins cher durnmarché. Autant dire le moins performant, mais aussi le moins utilisé (couronnernmétallique…). On peut prendre pour exemple le cas d’un bridge pour 3 dents,rnavec remplacement d’une dent absente, qui sera remboursé à 195€ seulement quandrnla facture, peut facilement atteindre 1500€.
rnrn
Le but de larnmutuelle, dans ce cas, est de proposer une couverture complémentaire ciblée surrnce type de soin, bien que le montant total des soins de type prothèse dentairernne pourra dépasser un certain montant au cours d’une même année.
rnrn
De plus, unernnouvelle donne entre en jeux, puisque certaines mutuelles ne vous ferontrnprofiter de leur meilleure couverture qu’à condition de faire appel à unrnchirurgien-dentiste listé dans leur réseau de professionnels conventionnés.rnCette formule étant permise depuis la loi Roux, de janvier 2014. Afin dernlimiter le nombre de patient faisant lernchoix du tourisme médical, pour des soins dentaires pouvant facilementrndépasser le 10 000€, dans certains cas. Le tourisme médical étant à cernjour le meilleur moyen de diviser la facture par 2.
rnrn

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.