Ouverture de l’Unité Hospitalière Sécurisée interrégionale

L'UNITÉ HOSPITALIÈRE SÉCURISÉE INTERRÉGIONALE (UHSI) du CHU de Bordeaux a été inaugurée vendredi 5 mai 2006 en présence de M. CLEMENT, Garde des sceaux et Ministre de la justice.

L’UNITÉ HOSPITALIÈRE SÉCURISÉE INTERRÉGIONALE (UHSI) du CHU de Bordeaux a été inaugurée vendredi 5 mai 2006 en présence de M. CLEMENT, Garde des sceaux et Ministre de la justice.

L’UHSI du CHU est située sur le site du groupe hospitalier Pellegrin. Composante du service de médecine légale placée sous la responsabilité du Professeur Sophie GROMB, cette unité comprend 16 lits d’hospitalisation conventionnelle et a une compétence médico-chirurgicale.

Reposant sur une organisation multipartenariale associant des professionnels de santé du CHU agissant sous la responsabilité du docteur Alain MIRAS, des personnels de l’administration pénitentiaire ainsi que des agents de la police nationale, l’UHSI a vocation à accueillir des personnes détenues hommes et femmes, majeures ou mineures de plus de 13 ans et précisément :

– les personnes détenues incarcérées dans l’établissement pénitentiaire de proximité situé à Gradignan, nécessitant une hospitalisation, qu’elle soit urgente ou programmée et quelle qu’en soit la durée ;

– les personnes détenues incarcérées dans des établissements pénitentiaires des 3 régions susvisées relevant d’une hospitalisation programmée de plus de 48 heures ;

– les personnes détenues déjà hospitalisées dans un établissement de santé de l’une de ces trois régions et requérant des soins justifiant, après avis favorable du médecin responsable de l’UHSI, d’un transfert vers cette unité.

Le fonctionnement de l’UHSI du CHU est défini par une convention de partenariat signée le 28 avril 2006 par le Préfet de la région Aquitaine et Préfet de Gironde, le directeur général du CHU, le directeur de l’agence régionale de l’hospitalisation d’Aquitaine ainsi que par le directeur régional des services pénitentiaires.

Le cadre législatif
L’article R.6112-26 de code de la santé publique dispose que l’hospitalisation des personnes détenues est assurée, pour toutes les pathologies hors les troubles mentaux requérant une prise en charge médicale ou chirurgicale de plus de 48 heures, dans des unités de soins adaptées dénommées « Unités hospitalières interrégionales sécurisées (UHSI) ».

L’arrêté interministériel du 24 août 2000 relatif à la création de ces unités définit la liste des établissements de santé publics ayant vocation à disposer en leur sein d’une UHSI ; parmi ceux-ci figure le CHU de Bordeaux ainsi chargé d’accueillir et d’assurer les soins aux personnes détenues des régions d’Aquitaine, de Poitou-Charentes et du Limousin.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.