Ouverture du Centre Laser Universitaire Dermatologique du CHU de Nice

Le nouveau Centre Laser Universitaire en dermatologie du CHU de Nice, plus important centre public de France, accueillera ses premiers patients jeudi 1er septembre 2011.

Le nouveau Centre Laser Universitaire en dermatologie du CHU de Nice, plus important centre public de France, accueillera ses premiers patients jeudi 1er septembre 2011.
Le Centre est équipé de lasers de toute dernière génération pour des soins variés. Les indications sont nombreuses :
–          indications vasculaires (angiomes plans, couperose, varicosités des membres inférieurs, malformations vasculaires, taches rubis …)
–          resurfaçage, ridules et autres signes de photovieillissement de la peau, cicatrices, greffes vitiligo
–          verrues, ongles incarnés, traitement de certaines tumeurs cutanées bénignes)
–          traitement des lésions pigmentaires (taches brunes, naevus de Ota, mosaïcisme pigmentaire, hamartome de Becker…) et les tatouages
–          vitiligo, psoriasis, pelade localisée et certains lymphomes cutanés
–          épilation laser sur tout type de peau.
Les nouveaux lasers et techniques apparentées (radiofréquence, ultrasons ultrapulsé …) sont évalués en permanence dans le Centre Laser offrant aux patients la possibilité de bénéficier en priorité des avancées techniques.
La garantie d’une dimension universitaire de renommée internationale
Dans le cadre de ses missions, le CHU de Nice assure la formation des futurs médecins et des enseignements post-universitaires sont régulièrement organisés par des professeurs d’université spécialisés en dermatologie.
La recherche clinique, particulièrement active en dermatologie au CHU de Nice place le Centre Laser au niveau international.
Un accueil ajusté aux contraintes de tous
L’accès est particulièrement facilité grâce à un parking gratuit indépendant et dédié. Quelques pas suffisent pour se diriger sur la plateforme du Centre Laser qui se situe au rez-de-chaussée de l’hôpital Archet 2.
L’amplitude des horaires d’ouverture tient compte du rythme des patients :
Du lundi au vendredi : de 9h à 20h
Le samedi matin de 9h à 12h
Le secrétariat assure les prises de rendez-vous ainsi que la facturation dans une unité de lieu et de personne. Des rendez-vous peuvent également être pris directement auprès du dermatologue du patient si ce dernier utilise le Centre Laser.

Des locaux spacieux et équipés

La salle d’attente agréable et lumineuse avec télévision reçoit les patients dans les meilleures conditions. Elle est équipée de distributeurs de boissons chaudes et froides. Des toilettes (dont un pour personne à mobilité réduite) sont mises à disposition.  Chaque salle de traitement est climatisée. D’environ 12 m2 chacune, les équipements sont  neufs et multiples.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.