Ouverture d’une école de chirurgie high tech

Depuis le 1er décembre 2008, l'école de chirurgie du CHU de Poitiers accueille une quarantaine d'internes en chirurgie. L'enseignement dispensé alterne cours magistraux et ateliers avec mise en situation d'interventions en bloc opératoire virtuel à l'aide d'appareils de simulation chirurgicale assistée par ordinateur. L'entraînement se déroule sous l'oeil expert de chirurgiens seniors. Quant à l'apport théorique, il est dispensé dans le cadre de formations évaluées portant sur les bases de la chirurgie et de ses techniques avancées. Aujourd'hui Poitiers s'enorgueillit d'être une des premières villes universitaires où les élèves chirurgiens ont accès aux toutes dernières innovations technologiques. Cette formation de pointe est un gage d'expertise et de qualité pour les patients qui seront opérés par des spécialistes rompus aux équipements les plus sophistiqués.

Depuis le 1er décembre 2008, l’école de chirurgie du CHU de Poitiers accueille une quarantaine d’internes en chirurgie. L’enseignement dispensé alterne cours magistraux et ateliers avec mise en situation d’interventions en bloc opératoire virtuel à l’aide d’appareils de simulation chirurgicale assistée par ordinateur. L’entraînement se déroule sous l’oeil expert de chirurgiens seniors. Quant à l’apport théorique, il est dispensé dans le cadre de formations évaluées portant sur les bases de la chirurgie et de ses techniques avancées. Aujourd’hui Poitiers s’enorgueillit d’être une des premières villes universitaires où les élèves chirurgiens ont accès aux toutes dernières innovations technologiques. Cette formation de pointe est un gage d’expertise et de qualité pour les patients qui seront opérés par des spécialistes rompus aux équipements les plus sophistiqués.

L’école de chirurgie s’intègre dans une plate-forme où l’on retrouve trois entités complémentaires : le laboratoire d’anatomie situé à la Faculté de médecine et de pharmacie (Pr Jean-Pierre Richer), le laboratoire de chirurgie expérimentale de Surgères (Pr Thierry Hauet) et l’école de chirurgie (Pr Jean-Louis Kraimps, Dr Jérôme Cau et Pr Jean-Pierre Richer). Les équipements ont été financés par les laboratoires pharmaceutiques.

Trois parrains veillent à l’essor de l’école : le CHU de Poitiers qui met à disposition des locaux et apporte son soutien logistique, et la Faculté de médecine et de pharmacie de Poitiers qui encadre les enseignants : chirurgiens universitaires et chirurgiens praticiens hospitaliers. L’université valide le diplôme d’université consacrant l’enseignement pratique et pour la rentrée 2009 celui des techniques chirurgicales.

L’école et ses projets
Les 40 premiers inscrits sont des internes de chirurgie, c’est-à-dire les médecins spécialisés, en cours de formation initiale de chirurgie. Dans quelque temps les étudiants en médecine pourront aussi se former aux actes médicaux techniques.
L’école de chirurgie proposera également un enseignement aux praticiens des spécialités à « acte technique », comme l’anesthésie, la réanimation ou encore les urgences. Bientôt, des ateliers de chirurgie seront ouverts aux chirurgiens d’autres établissements de la région Grand Ouest. Les différents intervenants du bloc : aides-soignants, infirmières de bloc, cadres de santé de bloc pourront aussi y suivre un enseignement adapté.
A moyen terme, l’école dispensera des formations chirurgicales continues et s’ouvrira aux praticiens en activité désirant s’initier aux techniques nouvelles..

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.