Ouverture d’une maison médicale

Pour renforcer la permanence des soins et améliorer le fonctionnement des urgences le CHU de Saint-Etienne a ouvert, le 17 mars 2003, une maison médicale sur un de ses sites, à proximité du service des urgences de l'hôpital Bellevue.

Pour renforcer la permanence des soins et améliorer le fonctionnement des urgences le CHU de Saint-Etienne a ouvert, le 17 mars 2003, une maison médicale sur un de ses sites, à proximité du service des urgences de l’hôpital Bellevue.

Une réponse appropriée à la nature de l’urgence
Pour traiter les affections qui relèvent de la médecine générale les patients seront invités à se rendre à la garde médicale de ville sécurisée assurée par les généralistes dans la maison médicale. Cette offre évitera aux stéphanois de recourir systématiquement aux urgences du CHU qui pourront ainsi recentrer leur action sur leur mission première : l’accueil des urgences nécessitant l’accès.

Organisation de la maison médicale
La maison médicale fonctionne comme un cabinet de médecine générale. La garde médicale est assurée par des médecins généralistes libéraux sur la base du volontariat aux horaires suivants
– semaine : du lundi au vendredi de 18h à 24 heures
– samedi : de 14 h à 24 h
– dimanche et jour férié : du 14 h à 24 h.

Accueil des patients
Durant ces horaires, le patient dispose d’un accès direct à la maison médicale. Il peut venir soit après régulation du centre 15, soit de sa propre initiative. Par ailleurs, le patient qui se présente aux urgences du CHU et dont l’état de santé ne requiert pas le recours au plateau technique est réorienté par une infirmière d’accueil et d’orientation vers la maison médicale.

La création d’une maison médicale s’inscrit dans le cadre du réseau ville-hôpital. Son ouverture est accompagnée par deux autres mesures :
– un développement du rôle de conseil et d’orientation du Centre 15 : La participation des médecins libéraux à la régulation des appels au Centre 15 a été élargie et renforcée de 18h à 24 h en semaine. Ce dispositif s’ajoute à la co-régulation déjà effective le week-end et les jours fériés.
– le lancement d’une campagne d’information sur la permanence des soins au sein de l’agglomération stéphanoise et sur le bon usage des urgences.

Permanence des soins : financement des nouvelles mesures
Le Fonds d’amélioration de la qualité des soins de ville (FAQSV) finance les permanences de régulation des généralistes du centre 15 ainsi que les frais de mise en oeuvre de fonctinnement de la maison médicale.
Les praticiens libéraux volontaires sont rémunérés à l’acte selon les tarifs conventionnels en vigueur.
Le CHU de Saint-Etienne contribue, grâce au travail de son infirmière d’accueil et d’orientation du service des urgences, à l’orientation du patient vers la structure la plus adaptée à son état afin d’éviter qu’il ne soit vu deux fois : la première par le médecin urgentiste du CHU et la seconde par le médecin libéral de la maison médicale. Enfin l’établissement met à disposition les espaces d’accueil du service d’urgences et de réanimation de l’hôpital Bellevue, hors de ses horaires habituels de fonctionnement.

Les partenaires du projet
– L’ensemble des médecins libéraux : conseil de l’ordre, médecins de garde, FAPSUM, CSMF 42, MG 42, coordination médicale. Le dossier a été porté par l’association des médecins de garde présidée par le Dr Abbas Khennouf.
– Le CHU de Saint-Etienne, représenté par son Directeur Général, Monsieur Guy Richier.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.