Ouverture d’une unité de soins palliatifs

Le 14 décembre 2009, le Centre Hospitalier Universitaire de Grenoble a ouvert une unité de dix lits d'hospitalisation en soins palliatifs (USP). Cette création se situe dans la continuité d'une dynamique de soins palliatifs engagée au CHU de Grenoble depuis plus de 20 ans sous l'impulsion du Pr Schaerer, oncologue médical, qui créait dès 1990 la 2e équipe mobile de soins palliatifs de France.

Le 14 décembre 2010, le Centre Hospitalier Universitaire de Grenoble a ouvert une unité de dix lits d’hospitalisation en soins palliatifs (USP). Cette création se situe dans la continuité d’une dynamique de soins palliatifs engagée au CHU de Grenoble depuis plus de 20 ans sous l’impulsion du Pr Schaerer, oncologue médical, qui créait dès 1990 la 2e équipe mobile de soins palliatifs de France.

C’est avec la Fédération des Activités de Soins Palliatifs et de Soins de Support présidée par le Pr Jacques LEBEAU et le Dr Guillemette LAVAL, responsable de l’Equipe Mobile de Soins Palliatifs (EMSP) depuis sa création, avant de devenir responsable de la clinique de Soins Palliatifs et de Coordination en Soins de Support, que la communauté médicale et la Direction ont construit ce projet, avec le soutien de l’Agence Régionale d’Hospitalisation Rhône-Alpes.

Située au 3e étage du pavillon Elisée Chatin, facilement accessible par le tramway et environné par un ilot de verdure, l’unité a été entièrement rénovée pour offrir les meilleures conditions d’accueil : chambres individuelles équipées de télévision et réfrigérateur personnel, lit d’appoint pour la famille, salon d’accueil pour permettre à l’entourage de prendre une pause dans un cadre agréable.

L’Unité de Soins Palliatifs est rattachée au pôle de Cancérologie du CHU de Grenoble dirigé par M. le Pr Jean-Yves CAHN. Elle constitue, avec l’Equipe Mobile de Soins Palliatifs (EMSP), la clinique de Soins Palliatifs et de Coordination en Soins de Support.

Pôle de référence et de recours, l’unité prend en charge des patients âgés de plus de 15 ans en phase palliative ou terminale d’une maladie engageant le pronostic vital quels que soient la pathologie (cancer, pathologie neuro-dégénérative…) et le lieu d’origine (domicile, service hospitalier et autre établissement de soins).

Sous la responsabilité du Docteur Nicolas Beziaud, l’équipe engagée autour du malade et de ses proches est une équipe pluridisciplinaire de professionnels formés et exclusivement dédiés aux Soins palliatifs. Des bénévoles d’accompagnement de l’association JALMAV présidée par Mme Lugan, sont associés au quotidien à son travail, dans le cadre d’une convention d’intervention signée avec le CHU.

L’USP assure 3 missions principales : clinique, enseignement et recherche
Les soins sont centrés sur une approche globale prenant en compte :
– la prise en charge de la douleur, des autres symptômes, des difficultés psychologiques et sociales,
– les questionnements éthiques autour du projet thérapeutique,
– le confort et la qualité de vie du patient,
– le soutien de l’entourage.

La mission d’enseignement et de recherche concerne toute la discipline des soins palliatifs. L’accueil des stagiaires en formation initiale et continue, de même que pour la formation au diplôme d’étude supérieure spécialisée complémentaire (DESC) Médecine de la douleur/Médecine palliative (médecins, paramédicaux, psychologues, travailleurs sociaux…) constitue un premier axe de priorité. La recherche clinique biomédicale sera également privilégiée.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.