Ouverture d’une unité protégée d’hématologie high tech

Destinée aux patients atteints de maladies graves du sang et de la moelle osseuse en particulier de leucémies aigues, la nouvelle unité protégée d'hématologie bénéficie des toutes dernières innovations notamment en informatique et monitorage ; un outil précieux pour le département.

Destinée aux patients atteints de maladies graves du sang et de la moelle osseuse en particulier de leucémies aigues, la nouvelle unité protégée d’hématologie bénéficie des toutes dernières innovations notamment en informatique et monitorage ; un outil précieux pour le département.

L’unité accueillera les patients dépourvus de défenses immunitaires dans un espace totalement stérile avec traitement d’air spécifique.

Une nouvelle approche de l’informatisation des chambres
Dans chaque chambre de l’unité sont installés des ordinateurs «norme médicale» directement reliés au Dossier patient informatisé du CHU permettant :
– la lecture à l’écran des résultats d’analyse de laboratoire,
– la consultation de tous les examens d’imagerie médicale,
– la consultation de tout le dossier patient avec l’historique complet,
– pour les médecins, la saisie des prescriptions thérapeutiques, des protocoles de chimiothérapies,
– pour les infirmières, le contrôle de la prescription de TRT avant administration, validation en temps réel de l’administration des chimios,
– pour les aides soignants, la possibilité de commande des repas de la chambre en direct avec le patient.

Le CHU de Nice a cherché, en collaboration avec la société Computacenter, des matériels en complète adéquation avec le cahier des charges d’une unité protégée. Ces ordinateurs sont sans ventilateur et répondent aux normes médicales en vigueur. Ils sont estampillés IP65* confirmant le degré de protection contre la pénétration de corps étrangers, poussières et liquides divers. Ils disposent de la norme électrique autorisant la proximité du patient et du panel. Les claviers en verre et tactiles sont stérilisables à la vapeur et acceptent tous les produits de désinfection utilisés en milieu sensible. Le but étant bien de réduire le taux de contamination du aux infections nosocomiales. Aucun câble ne traîne au sol.

Les ordinateurs sont fixés sur bras articulé depuis un support mural qui canalise et protège l’ensemble des cordons, les points électriques et accès réseau sont fixés en hauteur, en provenance du faux plafond.

Avec l’acquisition du réseau de monitorage, Il n’est plus besoin de rentrer dans la chambre du patient pour prendre la tension artérielle ni le pouls, l’infirmière peut surveiller les évolutions sur écran. La surveillance de la température, le monitorage pendant les chimios cardiotoxiques et pendant la greffe sont autonomes (sur batterie).

Il y aura aussi la possibilité de faire des électro-cardiogrammes directement avec le moniteur sans entrer un appareil de l’extérieur dans la chambre (nettoyage, désinfection de l’appareil, gain de temps et diminution des risques infectieux…).

Un report d’alarme est disponible sur l’écran du bureau infirmier dès que le seuil critique de la donnée vitale du patient est atteinte.

La centralisation des ressources provenant des moniteurs de surveillance de monitorage s’inscrit dans une démarche globale d’établissement.

Le dossier médical sera alimenté en mode automatique.

Le service est composé de 9 grandes chambres à 1 lit ayant vue sur la mer ou la montagne. Ces chambres sont équipées d’un plafond filtrant à flux laminaire couvrant la superficie du lit. Celui-ci est délimité au sol par un périmètre de sécurité. Les installations dédiées à la pressurisation occupent près de 600 m2 en sous-sol du bâtiment.

L’entrée du service se fait par 2 accès : l’un pour les soignants avec carte magnétique et l’autre pour les visiteurs et fournisseurs par visiophone. L’office et la préparation des soins ont été aménagés de paillasses avec revêtement en corian fonctionnel sans aspérité et éclairages adaptés. La confection des repas se réalise également sous flux laminaire à l’intérieur de l’unité.

Sur prescription, les patients ont accès à un espace de réentraînement à la marche animé par un kinésithérapeute (vélo, tapis roulant…)

Le CHU de Nice pratique la greffe de moelle osseuse depuis 1981 et enregistre près de 850 greffes réalisées. L’unité protégée est située au CHU Archet 1. Responsable : Pr Cassuto.

Les travaux et investissements de 2 300 000 € ont été financés par le CHU.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.