Oxygénothérapie hyperbare

Depuis le 30 janvier 2002, le CHU d'Angers dispose d'une des trois principales installations d'oxygénothérapie hyperbare de France*. Unique en Pays-de-Loire cet équipement renforce la vocation d'excellence de l'unité d'oxygénothérapie hyperbare (OHB) angevine.

Implanté dans les nouveaux locaux du Département de Réanimation Médicale et de Médecine Hyperbare, l’OHB peut être utilisée dans le traitement des accidents de décompression chez le plongeur. L’oxygénothérapie hyperbare est également indiquée pour de nombreuses autres pathologies. Ainsi l’hyper oxygénation permet-elle de pallier les défauts d’oxygénation des tissus. Ceux-ci peuvent survenir à la suite de maladies vasculaires, d’infections ou d’intoxications.

L’OHB est une modalité thérapeutique d’administration de l’oxygène par voie respiratoire à une pression ambiante supérieure à la pression atmosphérique. Cette technique impose l’utilisation de chambre hyperbare pour obtenir l’effet pression recherché. A l’intérieur de la chambre, les patients se voient administrer l’oxygène par masque ou respirateur.

Un équipement d’exception

Dispositif médical au sens des directives européennes, l’installation du CHU d’Angers présente la spécificité d’être réalisée « sur mesure ». L’ensemble, constitué de 3 cylindres (2 chambres hyperbare et un sas d’accès) possède des dimensions et un poids exceptionnels(18 tonnes).

L’OHB au CHU d’Angers : un pôle d’excellence inter-régional

Le CHU d’Angers est le seul établissement des Pays de Loire assurant une activité de Médecine Hyperbare ; les unités les plus proches se situant à Paris, Bordeaux et Brest. Pôle d’excellence inter-régional, l’unité angevine a une zone d’attraction couvrant 17 départements.

En 25 ans, l’Unité d’OHB a vu son activité progresser régulièrement. Toutefois, les spécificités techniques de l’équipement jusqu’alors en fonctionnement et son environnement logistique en freinaient le développement.

Les nouvelles chambres hyperbare, permettant de recevoir simultanément jusqu’à 16 patients assis, autoriseront une prise en charge optimale des urgences (intoxication au CO, accidents de décompression, embolies gazeuses). Avec 2 chambres de traitement, il sera possible à l’équipe médicale d’accueillir des malades en urgence sans pour autant interrompre une séance en cours. Leur conception permet d’y installer des équipements de ventilation, de perfusion et de monitoring à l’identique d’une chambre de réanimation.

* Il existe au total 13 centres hyperbare de France pouvant accueillir des malades graves.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.