Oxygénothérapie : un nouveau Caisson Hyperbare pour de nouvelles indications

On connaissait déjà les vertus du caisson hyperbare pour traiter accidents de décompression, des embolies gazeuses et des intoxications au monoxyde de carbone. Désormais, l’oxygénothérapie hyperbare est aussi recommandée en cas de plaies chroniques du diabète, de traumatismes complexes et de complications tardives de la radiothérapie hyperbare. Ces nouvelles applications ont conduit le CHU à acquérir un caisson de troisième génération pouvant accueillir une trentaine de patients, 22 assis, 8 allongés.

On connaissait déjà les vertus du caisson hyperbare pour traiter accidents de décompression, des embolies gazeuses et des intoxications au monoxyde de carbone. Désormais, l’oxygénothérapie hyperbare est aussi recommandée en cas de plaies chroniques du diabète, de traumatismes complexes et de complications tardives de la radiothérapie  hyperbare.  Ces nouvelles applications ont conduit le CHU à acquérir un caisson de troisième génération pouvant accueillir une trentaine de patients, 22 assis, 8 allongés.
L’oxygénothérapie hyperbare (OHB) est une thérapeutique consistant à faire inhaler au patient de l’oxygène à une pression supérieure à la pression atmosphérique dans une chambre hyperbare appelée communément caisson. Le traitement est administré au cours de séances d’une durée habituelle de 2 heures. Une équipe de médecins et d’infirmiers spécialisés en hyperbarie assure les soins aussi bien en hôpital de jour qu’en urgence et réanimation 24h/24 tous les jours de l’année en lien avec les organismes de soins et de sécurité de la région.
L’élargissement des indications amène de nouvelles collaborations dans le cadre de filières de soins. Leur développement est  encadré au niveau international par la recherche clinique et fondamentale.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.