Palmarès de l’Express : le rectificatif des HCL

Relégué par erreur à la 120ème place (sur les 190 établissements classés) pour la prise en charge des infarctus du myocarde, l’hôpital Louis Pradel des Hospices Civils de Lyon s'insurge. L'établissement fait savoir dans un communiqué que l'Express s'est appuyé sur des données erronées : 139 séjours au lieu des 1 000 assurés en 2011

Relégué par erreur à la 120ème place (sur les 190 établissements classés) pour la prise en charge des infarctus du myocarde, l’hôpital Louis Pradel des Hospices Civils de Lyon s’insurge. L’établissement fait savoir dans un communiqué que l’Express s’est appuyé sur des données erronées : 139 séjours au lieu des 1 000 assurés en 2011 (978 en 2010). Seuls le CHU de Toulouse (1er au classement) et le CHR de Metz-Thionville (5ème) réalisent une activité supérieure à celle de l’hôpital cardiologique de Lyon rappelle le CHU !

Les données concernant la durée moyenne de séjour, qui jouent également sur le classement, sont également fausses (10 jours en moyenne dans l’Express alors qu’elle est en réalité de 7.2 jours).

Telles sont les informations qui avaient pourtant été transmises par les HCL à l’hebdomadaire.

Les Hospices Civils de Lyon ont immédiatement contacté l’hebdomadaire l’Express pour obtenir un rectificatif.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.