Palmarès du Point, le CHU de Dijon conserve sa 23ème place

23ème sur 800 Le CHU de Dijon se félicite de ce très bon résultat qui fait apparaître de belles progressions notamment en ophtalmologie, en cardiologie ou encore en neurologie. « Un encouragement pour l’ensemble des professionnels de l’établissement ! » reconnaît la direction générale. Pour cette nouvelle édition, 63 spécialités médicales et chirurgicales ont été analysées (dont 5 nouvelles)… et le CHU de Dijon se positionne 8 fois parmi les 6 premiers établissements, et 29 fois parmi les 50 premiers.

23ème sur 800 Le CHU de Dijon se félicite de ce très bon résultat qui fait apparaître de belles progressions notamment en ophtalmologie, en cardiologie ou encore en neurologie. « Un encouragement pour l’ensemble des professionnels de l’établissement ! » reconnaît la direction générale.
Pour cette nouvelle édition, 63 spécialités médicales et chirurgicales ont été analysées (dont 5 nouvelles)… et le CHU de Dijon se positionne 8 fois parmi les 6 premiers établissements, et 29 fois parmi les 50 premiers :
– 2ème pour le glaucome (+ 4 places)
– 3ème pour l’infarctus du myocarde (+ 6 places)
– 4ème pour la thyroïde (=)
– 5ème pour la chirurgie des carotides (-  3 places)
– 5ème pour la cataracte (-  2 places)
– 6ème pour la rétine (=)
– 6e pour la chirurgie des artères (-  5 places)
– 6ème pour la leucémie
Mais aussi…
– 12ème pour la chirurgie cardiaque
– 13ème pour les cancers de la peau
– 14ème pour l’estomac et oesophage
– 14ème pour le cancer du poumon
– 14ème pour les hépatites virales
– 15ème pour les Accidents Vasculaires Cérébraux
– 19ème pour la chirurgie de la colonne vertébrale
– 19ème pour la Sclérose en Plaques
– 22ème pour la chirurgie du Côlon et de l’intestin
– 23ème pour la chirurgie de la cheville
– 25ème pour les maladies infectieuses et du voyageur
– 26ème pour les urgences traumatologiques
– 27ème pour la pneumologie
– 27ème pour l’épilepsie
– 30ème pour la neurochirurgie
– 35ème pour la prothèse de hanche
– 38ème pour l’endocrinologie
– 40ème pour l’hypertension artérielle
– 41ème pour le cancer de la prostate
– 43ème pour la pédiatrie
– 46ème pour la vésicule biliaire

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.