Pancréas artificiel : dernière expérimentation à Lyon avant commercialisation

La révolution est en marche pour les diabétiques! C'est parti depuis le 23 mai pour encore 3 mois de test dans le cadre d'une dernière étude clinique menée par les Hospices civils de Lyon (HCL). 6 patients de la région, suivis par le service d’endocrinologie du Centre Hospitalier Lyon Sud-HCL testeront le dispositif dans le cadre du programme Diabeloop. Dernière ligne droite avant la commercialisation du pancréas artificiel made in France.

La révolution est en marche pour les diabétiques! C’est parti depuis le 23 mai pour encore 3 mois de test dans le cadre d’une dernière étude clinique menée par les Hospices civils de Lyon (HCL). 6 patients de la région, suivis par le service d’endocrinologie du Centre Hospitalier Lyon Sud-HCL testeront le dispositif dans le cadre du programme Diabeloop. Dernière ligne droite avant la commercialisation du pancréas artificiel made in France.

Comment ça marche ? 

«Il ne s’agit pas d’un organe implanté dans le corps», explique le Pr  Charles Thivolet chef du service d’endocrinologie du Centre Hospitalier  Lyon Sud. «Les patients auront une micropompe à insuline de 32g fixée  sur eux, un capteur et un Smartphone, c’est tout !» Le capteur de glucose  est connecté au Smartphone et mesure en continu le taux de sucre dans le  sang. C’est à partir des informations du capteur que le Smartphone commande  grâce à un algorithme spécifique la pompe à insuline.  « C’est là que le pancréas artificiel fait la différence car il s’adapte en  permanence à la situation. En général un diabétique doit manipuler 7 à 8 fois par  jour sa pompe, et s’il se trompe dans les doses il peut faire une hypoglycémie  (tremblements, sueurs, malaise). Ici c’est le système qui gère le tout comme un  « vrai » pancréas. ». Dans une 1ère étude, en 2016, la moyenne de glycémie avec  le pancréas artificiel était nettement meilleure par rapport à des pompes à  insuline pré-programmées manuellement.

Un énorme espoir pour les diabétiques 

Cette bonne nouvelle intervient alors que la prévalence du diabète a doublé  depuis les années 80. Près de 200 000 personnes en France sont touchées par le  diabète de type 1, c’est-à-dire que leur pancréas ne fabrique pas l’insuline. A  terme, une glycémie mal contrôlée peut entraîner la cécité, une insuffisance  rénale, des accidents cardiovasculaires ou des amputations de membres  inférieurs.  

Le programme Diabeloop c’est tout d’abord un consortium qui a su fédérer les compétences des  ingénieurs du CEA-Leti, de la société Cellnovo avec sa micropompe d’insuline connectée, de  l’équipe du CERITD à Evry initiatrice du projet, et des cliniciens des 10 principaux centres français  d’initiation de pompe dans le diabète 1. C’est aussi une innovation technologique avec le mariage  de l’intelligence artificielle embarquée et d’outils connectés. C’est enfin l’ouverture vers la santé  numérique du patient diabétique. Les données des patients sont en effet analysables en temps réel, permettant un télésuivi.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.