Pandémie grippale, le CHU se prépare

En situation de pandémie grippale, le CHU de Clermont-Ferrand devra accueillir un très grand nombre de patients contagieux qu'il faudra « isoler » pour éviter la transmission du virus de la grippe aviaire potentiellement contagieux. Les personnes les moins gravement atteintes resteront à domicile, les autres seront traitées dans l'établissement… Le CHU se prépare à affronter le H5N1 contre lequel l'immunité de la population est faible ou nulle.

En situation de pandémie grippale, le CHU de Clermont-Ferrand devra accueillir un très grand nombre de patients contagieux qu’il faudra « isoler » pour éviter la transmission du virus de la grippe aviaire potentiellement contagieux. Les personnes les moins gravement atteintes resteront à domicile, les autres seront traitées dans l’établissement… Le CHU se prépare à affronter le H5N1 contre lequel l’immunité de la population est faible ou nulle.

Le Samu/Centre 15 : au coeur du dispositif d’organisation pré-hospitalière
Ces services seront renforcés par la mise en place d’une cellule d’expertise et d’appui avec infectiologue et pédiatre. Des véhicules seront dédiés au transport des patients atteints de grippe aviaire. La protection systématique des personnels et la désinfection des véhicules font l’objet de procédures. Des kits de protection pour le personnel et les patients sont déjà constitués. Le maintien à domicile des personnes dont la sévérité de la maladie ne nécessite pas l’hospitalisation doit être la règle.

L’organisation du CHU sera calquée sur l’annexe biologique du plan blanc avec un plan de circulation spécifique, l’isolement des bâtiments, l’activation d’une cellule de coordination qui gère le maintien en état de fonctionnement des secteurs vitaux de l’hôpital et un PC opérationnel qui prend la forme d’une cellule d’aide à la décision.

Un stock de 400 000 masques de protection du personnel FFP2 a été constitué et des kits de prélèvements pour le diagnostic virologique sont disponibles pour les services de soins. Le stockage des médicaments antiviraux et de vaccins se fera en fonction des instructions ministérielles.

L’arrivée spontanée de patients aux Urgences sera régulée au niveau d’une zone de tri en amont du service des Urgences. Les patients grippés ou suspects seront orientés dès la zone de tri vers des secteurs dédiés.

L’hôpital lui-même sera sectorisé en zones à forte ou faible densité virale. Certaines activités seront déprogrammées afin de pallier l’absence de personnels liée à la maladie – jusqu’à 30% dans les prévisions – et à renforcer les secteurs confrontés à un surcroît d’activité. Les schémas de sectorisation sont élaborés par la Commission d’Organisation de la Permanence des Soins.

Conformément aux dispositions du plan blanc*, l’absence de personnels médicaux et paramédicaux pourra être comblée par le rappel de personnels en congés ou en formation, la réorganisation des conditions de travail, la mobilisation du corps de réserve sanitaire (personnels retraités récents, écoles paramédicales, étudiants en médecine…)

Actuellement le CHU veille à développer la formation et l’information sur la grippe aviaire, à préparer le personnel aux mesures de protection : port de masques, isolement… et à diffuser des documents spécifiques émis par la DRASS et le SAMU.

*Les plans blancs, élaborés par les établissements de santé pour un accueil de victimes en nombre massif, ont aussi pour but de faire face aux conséquences d’un accident nucléaire, radiologique, biologique ou chimique. Tous les établissements de santé peuvent être concernés et doivent se préparer. Source : Direction de l’Hospitalisation et de l’Organisation des Soins.

Extraits de l’article de Pierre Pareaud, Directeur Clientèle, risques et affaires juridiques

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.