« Parenthèse en couleurs », exposition d’artistes séniors

Il y a 30 ans, le CHU de Limoges mettait place un atelier de peinture à destination des personnes âgées hospitalisées dans ses murs. Depuis, ces artistes séniors profitent au quotidien d’un moment d’évasion grâce à leurs pinceaux et leurs tubes de peinture, loin des couloirs, des chambres et des appréhensions liées à la maladie. Pour d’autres cet atelier est une façon d’exprimer leurs ressentis et leur émotions, notamment pour les personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer. Aujourd'hui, les résidents de l'EHPAD Dr Chastaingt et de l'hôpital Jean Rebeyrol exposent leurs toiles à la Galerie Municipale du 2 au 15 avril 2013.

Il y a 30 ans, le CHU de Limoges mettait place un atelier de peinture à destination des personnes âgées hospitalisées dans ses murs. Depuis, ces artistes séniors profitent au quotidien d’un moment d’évasion grâce à leurs pinceaux et leurs tubes de peinture, loin des couloirs, des chambres et des appréhensions liées à la maladie. Pour d’autres cet atelier est une façon d’exprimer leurs ressentis et leur émotions, notamment pour les personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer. Aujourd’hui, les résidents de l’EHPAD Dr Chastaingt et de l’hôpital Jean Rebeyrol exposent leurs toiles à la Galerie Municipale du 2 au 15 avril 2013.

Fenêtre sur la ville, cette « Parenthèse en couleurs » valorise le travail des aînés et participe à l’animation de la cité et les relie à la vie urbaine dont ils sont souvent coupés.

Elle représente aussi un hommage au travail des ces artistes âgés qui abordent la peinture sans savoir, sans complexe, car ils n’ont rien à prouver. L’occasion pour les visiteurs de l’effort de douter de leurs certitudes à l’égard de la vieillesse : l’âge n’est pas incompatible avec la création, au contraire, il peut la stimuler.

Les tableaux exposés, en surprendront plus d’un par leur qualité artistique. Preuve que ni l’âge et ni l’institution ne sont un obstacle à la création à condition que l’environnement la stimule et la favorise.
Renseignements pratiques
Lieu : Galerie Municipale, 19 Place de la République à Limoges
Accès libre, du lundi au vendredi, de 10h à 18h.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.