Paris : Pôle européen de la création d’entreprises santé

L'Assistance Publique-Hôpitaux de Paris, l'Université Paris 5 et Paris Biotech ont signé un accord de partenariat faisant de la capitale un pôle européen de premier plan pour la création d'entreprises innovantes en santé humaine et biotechnologies.

L’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris, l’Université Paris 5 et Paris Biotech ont signé un accord de partenariat faisant de la capitale un pôle européen de premier plan pour la création d’entreprises innovantes en santé humaine et biotechnologies.

L’accord renforce la collaboration entre les trois partenaires et formalise la participation de la Mission de Valorisation de la Recherche et des Brevets de l’AP-HP au sein du Comité d’Evaluation de Paris Biotech. Incubateur de référence de l’AP-HP, Paris Biotech a, en trois ans, permis le développement de 21 projets, la levée de 40 millions d’euros, et la création de 60 emplois.

Fondé en 2002 par l’Université René Descartes – Paris 5, l’INSERM, l’ESSEC et l’Ecole Centrale Paris, Paris Biotech est implanté au coeur de l’hôpital Cochin. Outil essentiel de création d’entreprises dans le domaine de la haute technologie de santé, Paris Biotech figure parmi les trois bio-incubateurs d’Ile-de-France.

De son côté, la Mission de Valorisation de la Recherche et des Brevets de l’AP-HP, créée en 1992, a élevé le nombre d’innovations brevetées à application médicale immédiate, grâce à une politique de valorisation fondée sur les transferts de technologie et le partenariat industriel. Son portefeuille comprend plus de 190 brevets actifs, 70 technologies protégées, 25 logiciels déposés, 79 licences concédées, 20 cessions de données, résultats d’études cliniques ou dépôts de marques et modèles.

Dans le cadre de la Loi sur l’Innovation et la Recherche de 1999, la Mission soutient les porteurs de projets de l’AP-HP et les oriente vers les incubateurs d’entreprises où ils seront mis en contact avec des partenaires : entreprises médicales et biomédicales françaises, investisseurs, ANVAR… Il s’agit le plus souvent d’innovations pharmaceutiques (molécules nouvelles…), biotechnologiques, de dispositifs médicaux mais aussi de logiciels, de résultats d’essais cliniques, de banques de données, de matériels biologiques… Les accords contractuels assurent le reversement de redevances et de subventions aux inventeurs et/ou à leurs services ou laboratoires et garantit leurs droits sur les brevets ultérieurs.

Pour sa part, l’Université René Descartes – Paris 5 possède un important pôle de formation et de recherche en santé, notamment dans les domaines du médicament, des neurosciences, de l’adolescence et du diabète, dont les activités se répartissent pour l’essentiel sur les sites de Cochin, de Necker, des Saints-Pères, à la faculté de pharmacie et à l’Institut de psychologie.

Des références prestigieuses
Parmi les projets incubés à Paris Biotech et issus de l’AP-HP on peut citer :
– Archimmed (Lariboisière), programme axé sur le développement de microsphères d’embolisation visibles à l’IRM,
– Protexel (Cochin) portant sur le développement de molécules actives dans les hépatites fulminantes et le cancer du foie,
– Metagenex (Necker) a débouché sur la mise au point de tests prédictifs par isolation de cellules sanguines rares pour des diagnostics tumoraux et foetaux,
– ShigaMediX (Institut Curie -HEGP), projet récemment incubé au sein de Paris Biotech et dédié aux nouveaux produits imunothérapeutiques, première étape avant le vaccin thérapeutique.

La signature de l’accord de partenariat s’est déroulée le jeudi 17 février 05 en présence de Monsieur Alain Lhostis, Président suppléant du Conseil d’administration de l’AP-HP, adjoint au Maire de Paris chargé de la Santé, de Monsieur Christian SAUTTER, adjoint au Maire de Paris chargé du développement économique, des finances et de l’emploi, de Madame Rose-Marie VAN LERBERGHE, Directrice Générale de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), de Monsieur Jean-François DHAINAUT, Président de l’Université Paris 5 et de Monsieur Pierre DAUMARD, Président de Paris Biotech.

Un Biopark à Paris en 2006
Un centre d’activités dédié aux biotechnologies verra le jour en 2006. Implanté dans le quartier de Tolbiac-Masséna au sein de Paris Rive Gauche, Paris Biopark bénéficiera d’un environnement exceptionnellement porteur puisque l’Ile-de-France concentre déjà plus de 45% de la recherche publique et privée en santé, 43% des entreprises de biotechnologie et 62% la recherche académique. Le regroupement sur un même site d’entreprises ayant déjà atteint une certaine maturité renforcera la dynamique économique autour d’un secteur en plein essor : les biotechnologies de la santé humaine. La création de 700 emplois directs est attendue.

Paris Biopark, offrira 18 000m² d’espaces aux entreprises de biotechnologie dont des laboratoires de sécurité de niveau 2. La SAGI, société d’économie mixte de la ville est maître d’ouvrage de Paris Biopark.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.