Parkinson : une découverte éclaire sur les mécanismes à l’origine des symptômes moteurs et cognitifs

Une étude scientifique menée par le Dr Alexandre Eusebio AP-HM * apporte une meilleure compréhension des mécanismes et les troubles comportementaux (prise de décision, contrôle des impulsions) des patients souffrant de la maladie de Parkinson. Elle ouvre également le champ à de nouvelles perspectives thérapeutiques, notamment dans le domaine des troubles des comportements motivés.
Une étude scientifique menée par le Dr Alexandre Eusebio AP-HM * apporte une meilleure compréhension des mécanismes et les troubles comportementaux (prise de décision, contrôle des impulsions) des patients souffrant de la maladie de Parkinson. Elle ouvre également le champ à de nouvelles perspectives thérapeutiques, notamment dans le domaine des troubles des comportements motivés.
Les résultats de ces travaux conduits sur 12 personnes souffrant de la maladie de Parkinson ont été publiés dans la revue Brain, le 28 avril 2016, pointe une avancée significative concernant la maladie de Parkinson. 
Chaque décision est basée sur les bénéfices que nous en attendons et sur le coût qu’elle entraînera. Il est donc nécessaire de faire la balance du coût et du bénéfice avant de prendre la décision d’agir. L’évaluation de la valeur du bénéfice d’une action (par exemple une récompense) et de son coût (par exemple un effort à fournir) repose sur plusieurs aires corticales notamment le cortex orbito-frontal et l’aire motrice supplémentaire. Toutefois, les mécanismes qui aboutissent à la confrontation de ces valeurs et au calcul du rapport coût-bénéfice restent encore imparfaitement élucidés. 
Les équipes Marseillaises ont étudié le rôle du noyau sous-thalamique (NST) dans ce contexte. Le NST est une structure profonde du cerveau, faisant partie des ganglions de la base, recevant un grand nombre d’informations provenant du cortex qui sont ensuite renvoyées au cortex. Le NST est très largement impliqué dans la motricité – il constitue la cible de choix pour la stimulation cérébrale profonde dans la maladie de Parkinson – mais également dans des processus non moteurs tels que l’attention, le contrôle de l’inhibition et la motivation. Des données expérimentales ont permis de montrer que les neurones du NST pouvaient coder la valeur d’une récompense chez l’animal mais à ce jour cela n’avait pas été montré chez l’homme. 
L’activité du NST de 12 patients parkinsoniens ayant reçu une implantation d’électrodes de stimulation cérébrale profonde à visée thérapeutique, a été enregistré lors d’une tâche de prise de décision basée sur la récompense et l’effort. Les résultats ont montré que des activités oscillatoires à basse fréquence dans le NST apparaissaient lorsque s’affichaient le niveau de récompense promise (en euros) et le niveau d’effort à produire. De plus l’intensité de ces activités était corrélée aux valeurs subjectives de récompense et d’effort. Enfin, nous avons pu montrer que ces activités étaient prédictives de la décision des sujets lorsque les niveaux de dopamine étaient normalisés (après la prise du traitement médicamenteux). 
L’ensemble de ces résultats indiquent que le NST est impliqué dans les processus de prise de décision basée sur la récompense et l’effort.  Ces résultats vont permettre de mieux comprendre le rôle du NST dans les processus motivationnels ainsi que les mécanismes à l’origine des symptômes de la maladie de Parkinson. Ces conclusions ouvrent également le champ à de nouvelles perspectives thérapeutiques, notamment dans le domaine des troubles des comportements motivés dans la maladie de Parkinson.
Plusieurs experts en neurosciences de l’Assistance Publique – Hôpitaux de Marseille (AP-HM), du CNRS et de l’Université Aix-Marseille (AMU) ont participé à cette étude intitulée « Le noyau sous-thalamique (NST) humain code la valeur subjective de la récompense et du coût de l’effort lors de la prise de décision » :  Dr Alexandre Eusebio, Pr Jean-Philippe Azulay, Dr Tatiana Witjas (Pôle Neurosciences Cliniques, Service de Neurologie et Pathologie du Mouvement), Pr Jean Regis, Dr Romain Carron (Neurochirurgie fonctionnelle et stéréotaxie), eurologie et Pathologie du Mouvement), Yann Duclos et Christelle Baunez (Institut de neurosciences de La Timone CNRS/AMU).  
Résumé de l’étude publiée dans Brain – Journal of Neurology
http://brain.oxfordjournals.org/

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.