Parkinson : une découverte éclaire sur les mécanismes à l’origine des symptômes moteurs et cognitifs

Une étude scientifique menée par le Dr Alexandre Eusebio AP-HM * apporte une meilleure compréhension des mécanismes et les troubles comportementaux (prise de décision, contrôle des impulsions) des patients souffrant de la maladie de Parkinson. Elle ouvre également le champ à de nouvelles perspectives thérapeutiques, notamment dans le domaine des troubles des comportements motivés.
Une étude scientifique menée par le Dr Alexandre Eusebio AP-HM * apporte une meilleure compréhension des mécanismes et les troubles comportementaux (prise de décision, contrôle des impulsions) des patients souffrant de la maladie de Parkinson. Elle ouvre également le champ à de nouvelles perspectives thérapeutiques, notamment dans le domaine des troubles des comportements motivés.
Les résultats de ces travaux conduits sur 12 personnes souffrant de la maladie de Parkinson ont été publiés dans la revue Brain, le 28 avril 2016, pointe une avancée significative concernant la maladie de Parkinson. 
Chaque décision est basée sur les bénéfices que nous en attendons et sur le coût qu’elle entraînera. Il est donc nécessaire de faire la balance du coût et du bénéfice avant de prendre la décision d’agir. L’évaluation de la valeur du bénéfice d’une action (par exemple une récompense) et de son coût (par exemple un effort à fournir) repose sur plusieurs aires corticales notamment le cortex orbito-frontal et l’aire motrice supplémentaire. Toutefois, les mécanismes qui aboutissent à la confrontation de ces valeurs et au calcul du rapport coût-bénéfice restent encore imparfaitement élucidés. 
Les équipes Marseillaises ont étudié le rôle du noyau sous-thalamique (NST) dans ce contexte. Le NST est une structure profonde du cerveau, faisant partie des ganglions de la base, recevant un grand nombre d’informations provenant du cortex qui sont ensuite renvoyées au cortex. Le NST est très largement impliqué dans la motricité – il constitue la cible de choix pour la stimulation cérébrale profonde dans la maladie de Parkinson – mais également dans des processus non moteurs tels que l’attention, le contrôle de l’inhibition et la motivation. Des données expérimentales ont permis de montrer que les neurones du NST pouvaient coder la valeur d’une récompense chez l’animal mais à ce jour cela n’avait pas été montré chez l’homme. 
L’activité du NST de 12 patients parkinsoniens ayant reçu une implantation d’électrodes de stimulation cérébrale profonde à visée thérapeutique, a été enregistré lors d’une tâche de prise de décision basée sur la récompense et l’effort. Les résultats ont montré que des activités oscillatoires à basse fréquence dans le NST apparaissaient lorsque s’affichaient le niveau de récompense promise (en euros) et le niveau d’effort à produire. De plus l’intensité de ces activités était corrélée aux valeurs subjectives de récompense et d’effort. Enfin, nous avons pu montrer que ces activités étaient prédictives de la décision des sujets lorsque les niveaux de dopamine étaient normalisés (après la prise du traitement médicamenteux). 
L’ensemble de ces résultats indiquent que le NST est impliqué dans les processus de prise de décision basée sur la récompense et l’effort.  Ces résultats vont permettre de mieux comprendre le rôle du NST dans les processus motivationnels ainsi que les mécanismes à l’origine des symptômes de la maladie de Parkinson. Ces conclusions ouvrent également le champ à de nouvelles perspectives thérapeutiques, notamment dans le domaine des troubles des comportements motivés dans la maladie de Parkinson.
Plusieurs experts en neurosciences de l’Assistance Publique – Hôpitaux de Marseille (AP-HM), du CNRS et de l’Université Aix-Marseille (AMU) ont participé à cette étude intitulée « Le noyau sous-thalamique (NST) humain code la valeur subjective de la récompense et du coût de l’effort lors de la prise de décision » :  Dr Alexandre Eusebio, Pr Jean-Philippe Azulay, Dr Tatiana Witjas (Pôle Neurosciences Cliniques, Service de Neurologie et Pathologie du Mouvement), Pr Jean Regis, Dr Romain Carron (Neurochirurgie fonctionnelle et stéréotaxie), eurologie et Pathologie du Mouvement), Yann Duclos et Christelle Baunez (Institut de neurosciences de La Timone CNRS/AMU).  
Résumé de l’étude publiée dans Brain – Journal of Neurology
http://brain.oxfordjournals.org/

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.