Parkinson : une salle de stéréotaxie aux performances exceptionnelles

Robot NeuroMate couplé à une scanner O'ArmEn se dotant d'un scanner per opératoire O'Arm et en le couplant au robot chirurgical NeuroMate (acquis en 2006), le CHU de Bordeaux a fait de la salle de stéréotaxie du service neurochirurgie B l'une des plus performantes au monde. Grâce à ces équipements, les patients atteints de la maladie de Parkinson* seront opérés dans des conditions optimales. Les électrodes seront implantées dans leur cerveau avec la précision du robot et leurs positions contrôlées durant la durée de l'intervention.

En se dotant d’un scanner per opératoire O’Arm et en le couplant au robot chirurgical NeuroMate (acquis en 2006), le CHU de Bordeaux a fait de la salle de stéréotaxie du service neurochirurgie B l’une des plus performantes au monde. Grâce à ces équipements, les patients atteints de la maladie de Parkinson* seront opérés dans des conditions optimales. Les électrodes seront implantées dans leur cerveau avec la précision du robot et leurs positions contrôlées durant la durée de l’intervention.

Seuls deux établissements au monde – le CHU de Bordeaux et l’hôpital de Niguarda en Italie – utilisent NeuroMate et O’Arm pour traiter les patients souffrant de la maladie de Parkinson.>

L’évolution du protocole opératoire
Depuis plus de 15 ans en France il est possible de traiter chirurgicalement les symptômes de la maladie de Parkinson par l’implantation d’électrodes de stimulation. Cette technique de stimulation cérébrale profonde réduit fortement les trois symptômes moteurs de la maladie : tremblement, troubles du tonus et akinésie.

Jusqu’à présent, au CHU de Bordeaux, seul le robot de chirurgie stéréotaxique NeuroMate était utilisé par le chirurgien lors de l’intervention (implantation d’électrodes dans le cerveau d’un malade atteint de la maladie de Parkinson). La difficulté, dans une telle intervention, est de définir de façon extrêmement précise la trajectoire d’implantation des électrodes (des calculs très précis sont nécessaires en amont de l’intervention chirurgicale qui dure en moyenne entre 10 et 12 heures). C’est le rôle du robot NeuroMate : il permet au chirurgien d’optimiser et de fiabiliser son geste opératoire mais pas d’en contrôler l’exactitude.

Ainsi, jusqu’à aujourd’hui, aucune image en temps réel n’était possible : les examens de contrôle postopératoires devaient attendre le soir ou parfois même le lendemain, pour que le patient soit en état de supporter un nouveau scanner, avec, dans certains cas, une nouvelle intervention à la clé pour repositionner l’électrode.

Aujourd’hui, O’Arm, scanner portable en salle d’opération, dont le CHU de Bordeaux est le 2ème acquéreur en France (le CHU de Limoges a été le premier) permet de contrôler en temps réel (30 secondes) le geste chirurgical qui vient d’être réalisé. L’efficacité de l’intervention est accrue et les résultats pour le patient sont nettement améliorés. Ce système d’imagerie permet d’obtenir des images 3D en temps réel, pendant l’intervention chirurgicale, afin d’améliorer significativement la précision, la sécurité et l’efficacité de l’opération et donc le confort du patient.

Grâce à l’utilisation couplée de Neuromate et d’OArm, le chirurgien est assuré que son travail est parfaitement exécuté sur le plan technique pendant l’intervention. Avant même la suture de la plaie, une image tomodensitométrique est réalisée afin de vérifier le placement correct. Le chirurgien travaille ainsi avec une précision exceptionnelle.

Le scanner O’Arm, est utilisé régulièrement et avec succès depuis juin 2009 (date d’acquisition de cet équipement par le CHU de Bordeaux) par le pôle d’orthopédie traumatologie du CHU de Bordeaux – et particulièrement le Professeur Jean-Charles Le Huec – pour des opérations complexes de la colonne vertébrale.

(*) La maladie de Parkinson est une maladie neuro-dégénérative atteignant généralement l’homme après 50 ans. Elle se manifeste par un tremblement de repos, des troubles du tonus et une akinésie, diversement associés. Elle affecte également l’élocution et le « langage corporel ». Comme beaucoup d’autres troubles neurologiques, la maladie de Parkinson est chronique, évolutive et pour le moment incurable. Elle est d’étiologie inconnue.
En France, la maladie de Parkinson touche près de 100 000 personnes avec environ 8 000 nouveaux cas par an.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.