Parlons « douleur » aux sénateurs et députés

A l'occasion de la 1ère journée mondiale contre la douleur, puis lors de la proposition de loi relative aux droits des malades et à la fin de vie, le Docteur Estebe, anesthésiste algologue responsable de l'unité consultation douleur au CHU de Rennes, est intervenu à l'Assemblée nationale et au Sénat pour faire le point sur le traitement de la douleur.

L’occasion de rappeler que la prise en charge de la douleur entre dans un mécanisme d’assurance qualité, que des progrès thérapeutiques existent et peuvent être réalisés. Cependant, l’organisation de l’activité «douleur» requiert des moyens en équipements et ressources.
Actuellement les professionnels tendent à associer soins palliatifs et prise en charge de la douleur afin d’en accroître l’efficience.

Au CHU de Rennes, la consultation douleur a couvert ses portes il y a quatre ans et reçoit aujourd’hui plus de 2 500 consultants. Un diplôme universitaire douleur a été mis en place au même moment. Il a été complété en 2004 par une capacité de la douleur, première capacité du genre initiée par et en Bretagne. Cette capacité sera remplacée d’ici deux à trois ans par un DESC.

Recherche
Si le CHU et la faculté de médecine de Rennes pensent formation et enseignement, ils n’oublient pas pour autant la recherche. Une unité de laboratoire, la seconde au monde après Boston, a vu le jour à Rennes. Elle est axée sur «l’optimisation biopharmaceutique par modulation des passages transmembranaires».

Des projets prennent la forme de labellisation de la consultation douleur au CHU de Rennes, de naissance d’un réseau Bretagne douleur à vocation inter et intra hospitalière mais aussi régionale, sans oublier la participation à la journée mondiale contre la douleur en octobre prochain.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.