PARO, le petit robot phoque thérapeutique rassure les malades Alzheimer

Les patients de l’EHPAD de Beauvoisin (CHU de Nîmes) ont adopté un nouveau pensionnaire, Paro, le petit phoque blanc doté d'une intelligence artificielle. Paro adapte ses mouvements et ses sons à chaque patient, communique des émotions telles que la joie ou la surprise, demande des caresses et des attentions relationnelles.

Les patients de l’EHPAD de Beauvoisin (CHU de Nîmes) ont adopté un nouveau pensionnaire, Paro, le petit phoque blanc doté d’une intelligence artificielle. Paro adapte ses mouvements et ses sons à chaque patient, communique des émotions telles que la joie ou la surprise, demande des caresses et des attentions relationnelles.

Paro, 2,5 kg et 57 cm de long, est recouvert d’une fourrure synthétique et équipé de sept moteurs et trois microphones. Ses traits sont adaptés à la communication non verbale : yeux agrandis, bouche affinée, tête arrondie. A la fois, doudou, jouet et objet transitionnel, Paro a été développés depuis 1993 et commercialisés depuis 2005 par le Japon. Cloné à plus de 3 000 exemplaires, Paro aide les malades Alzheimer dans les établissements de soins de plus de 30 pays. L’un d’entre eux a été offert à l’Ephad par la Fondation nationale des Lions Clubs à Saint-Gilles et Vauvert via l’association PAC2A.
Paro apporte aux patients souffrant de troubles du comportement ou de la communication (Alzheimer et maladies apparentées) une amélioration de leur bien-être et de leur qualité de vie hors traitement médicamenteux. Les vertus thérapeutiques de Paro sont reconnues par des études qui démontrent les effets bénéfiques du petit animal sur les manifestations anxieuses des malades et la proportion importante de médications évitée grâce à ce robot.
D’une valeur de 5 980€, Paro a une durée de vie de 10 ans.
L’amélioration de la prise en charge des patients atteints de la maladie d’Alzheimer figure parmi les nombreux engagements du Lions Club international. L’association PAC2A regroupe les Lions Clubs d’Arles, Saint-Gilles, Vauvert, Paradou, Les Baux, Beaucaire-Tarascon et Saint Martin de Crau.
 
L’EHPAD de Beauvoisin « Résidence petite Camargue » comporte 57 lits d’hébergement permanent en chambre individuelle, dont 12 en secteur protégé, 3 lits d’hébergement temporaire et 6 places d’accueil de jour. L’aménagement a été pensé avec le souci du détail afin de garder au maximum les fonctions cognitives de la personne accueillie tout en assurant son entière sécurité et un cadre chaleureux. Un des points singulier du projet est la Direction commune avec le CHU de Nîmes tout en gardant des systèmes administratifs et juridiques indépendants

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Première greffe française de larynx : récit d’une performance lyonnaise

Pour la première fois en France, un larynx a été greffé sur une femme les 2 et 3 septembre dernier. Deux mois et demi après cette opération spectaculaire qui a mobilisé douze chirurgiens issus des Hospices Civils de Lyon et autres CHU français durant vingt-sept heures, le CHU lyonnais communique sur le sujet. Quant à la patiente âgée de 49 ans, elle pourrait retrouver durablement l’usage de la parole vingt ans après l’avoir perdue.

Etudes de Médecine : Romuald Blancard ou l’un des visages de l’ouverture du 2e cycle à la Réunion

Depuis septembre, il fait partie de la première promotion d’étudiants en médecine de quatrième année de La Réunion. Pour Réseau CHU, Romuald Blancard a accepté de nous parler de l’ouverture du deuxième cycle des études médicales sur son île, mais pas seulement. Son parcours atypique, son stage en psychiatrie, ses rêves jamais trop grands etc. ont été abordés dans les locaux du nouveau campus bioclimatique de Sainte-Terre. Sans langue de bois.

Le CHU de La Réunion a pris la vague rose

La seizième édition de la Run Odysséa Réunion s’est tenue les 4 et 5 novembre sur le site de l’Étang-salé, dans l’ouest de la Réunion, et ce malgré une météo capricieuse qui a bien failli compromettre l’opération. 275 000 euros ont été récoltés. Un succès auquel est associé le CHU de la Réunion, partenaire pour la première fois cette année, et dont le baptême de l’eau a été placé sous le signe de la prévention. Reportage.

A Nancy, l’Infiny au service des MICI

En juin 2021, l’Agence nationale de la recherche annonçait le financement de douze nouveaux Instituts hospitalo-universitaires, montant ainsi le nombre d’IHU à dix-neuf avec l’ambition de faire de la France la première nation souveraine en matière de santé à l’échelle européenne. Sur ces douze nouveaux établissements, deux d’entre eux ont obtenu, en raison de “intérêt de santé publique majeur” qu’ils présentaient, le label “IHU émergent ».” C’est notamment le cas de l’IHU INFINY du CHRU de Nancy, officiellement lancé le 7 septembre dernier, et spécialisé dans la prise en charge des MICI.