PARO, le petit robot phoque thérapeutique rassure les malades Alzheimer

Les patients de l’EHPAD de Beauvoisin (CHU de Nîmes) ont adopté un nouveau pensionnaire, Paro, le petit phoque blanc doté d'une intelligence artificielle. Paro adapte ses mouvements et ses sons à chaque patient, communique des émotions telles que la joie ou la surprise, demande des caresses et des attentions relationnelles.

Les patients de l’EHPAD de Beauvoisin (CHU de Nîmes) ont adopté un nouveau pensionnaire, Paro, le petit phoque blanc doté d’une intelligence artificielle. Paro adapte ses mouvements et ses sons à chaque patient, communique des émotions telles que la joie ou la surprise, demande des caresses et des attentions relationnelles.

Paro, 2,5 kg et 57 cm de long, est recouvert d’une fourrure synthétique et équipé de sept moteurs et trois microphones. Ses traits sont adaptés à la communication non verbale : yeux agrandis, bouche affinée, tête arrondie. A la fois, doudou, jouet et objet transitionnel, Paro a été développés depuis 1993 et commercialisés depuis 2005 par le Japon. Cloné à plus de 3 000 exemplaires, Paro aide les malades Alzheimer dans les établissements de soins de plus de 30 pays. L’un d’entre eux a été offert à l’Ephad par la Fondation nationale des Lions Clubs à Saint-Gilles et Vauvert via l’association PAC2A.
Paro apporte aux patients souffrant de troubles du comportement ou de la communication (Alzheimer et maladies apparentées) une amélioration de leur bien-être et de leur qualité de vie hors traitement médicamenteux. Les vertus thérapeutiques de Paro sont reconnues par des études qui démontrent les effets bénéfiques du petit animal sur les manifestations anxieuses des malades et la proportion importante de médications évitée grâce à ce robot.
D’une valeur de 5 980€, Paro a une durée de vie de 10 ans.
L’amélioration de la prise en charge des patients atteints de la maladie d’Alzheimer figure parmi les nombreux engagements du Lions Club international. L’association PAC2A regroupe les Lions Clubs d’Arles, Saint-Gilles, Vauvert, Paradou, Les Baux, Beaucaire-Tarascon et Saint Martin de Crau.
 
L’EHPAD de Beauvoisin « Résidence petite Camargue » comporte 57 lits d’hébergement permanent en chambre individuelle, dont 12 en secteur protégé, 3 lits d’hébergement temporaire et 6 places d’accueil de jour. L’aménagement a été pensé avec le souci du détail afin de garder au maximum les fonctions cognitives de la personne accueillie tout en assurant son entière sécurité et un cadre chaleureux. Un des points singulier du projet est la Direction commune avec le CHU de Nîmes tout en gardant des systèmes administratifs et juridiques indépendants

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.