PARO, le petit robot phoque thérapeutique rassure les malades Alzheimer

Les patients de l’EHPAD de Beauvoisin (CHU de Nîmes) ont adopté un nouveau pensionnaire, Paro, le petit phoque blanc doté d'une intelligence artificielle. Paro adapte ses mouvements et ses sons à chaque patient, communique des émotions telles que la joie ou la surprise, demande des caresses et des attentions relationnelles.

Les patients de l’EHPAD de Beauvoisin (CHU de Nîmes) ont adopté un nouveau pensionnaire, Paro, le petit phoque blanc doté d’une intelligence artificielle. Paro adapte ses mouvements et ses sons à chaque patient, communique des émotions telles que la joie ou la surprise, demande des caresses et des attentions relationnelles.

Paro, 2,5 kg et 57 cm de long, est recouvert d’une fourrure synthétique et équipé de sept moteurs et trois microphones. Ses traits sont adaptés à la communication non verbale : yeux agrandis, bouche affinée, tête arrondie. A la fois, doudou, jouet et objet transitionnel, Paro a été développés depuis 1993 et commercialisés depuis 2005 par le Japon. Cloné à plus de 3 000 exemplaires, Paro aide les malades Alzheimer dans les établissements de soins de plus de 30 pays. L’un d’entre eux a été offert à l’Ephad par la Fondation nationale des Lions Clubs à Saint-Gilles et Vauvert via l’association PAC2A.
Paro apporte aux patients souffrant de troubles du comportement ou de la communication (Alzheimer et maladies apparentées) une amélioration de leur bien-être et de leur qualité de vie hors traitement médicamenteux. Les vertus thérapeutiques de Paro sont reconnues par des études qui démontrent les effets bénéfiques du petit animal sur les manifestations anxieuses des malades et la proportion importante de médications évitée grâce à ce robot.
D’une valeur de 5 980€, Paro a une durée de vie de 10 ans.
L’amélioration de la prise en charge des patients atteints de la maladie d’Alzheimer figure parmi les nombreux engagements du Lions Club international. L’association PAC2A regroupe les Lions Clubs d’Arles, Saint-Gilles, Vauvert, Paradou, Les Baux, Beaucaire-Tarascon et Saint Martin de Crau.
 
L’EHPAD de Beauvoisin « Résidence petite Camargue » comporte 57 lits d’hébergement permanent en chambre individuelle, dont 12 en secteur protégé, 3 lits d’hébergement temporaire et 6 places d’accueil de jour. L’aménagement a été pensé avec le souci du détail afin de garder au maximum les fonctions cognitives de la personne accueillie tout en assurant son entière sécurité et un cadre chaleureux. Un des points singulier du projet est la Direction commune avec le CHU de Nîmes tout en gardant des systèmes administratifs et juridiques indépendants

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.