Partenariat médecine-chirurgie-obstétrique/médecine suite-réadaptation

Afin de réduire l'engorgement des services des urgences, de médecine, de chirurgie et d'obstétrique du Centre hospitalier universitaire de Limoges par des malades trop lourds médicalement pour un retour à domicile ou un passage en service de suite classique, un service de suite intermédiaire (SSR pluri spécialisé) à durée moyenne de séjour(15 jours). Les résultats à 5 ans sont positifs. Le court séjour médecine-chirurgie-obstétrique a vu se dégager annuellement l'équivalent de 8 000 journées ou 1 600 entrées supplémentaires avec abaissement de leur durée moyenne de séjour et du taux de réhospitalisation en CHU.

Afin de réduire l’engorgement des services des urgences, de médecine, de chirurgie et d’obstétrique du Centre hospitalier universitaire de Limoges par des malades trop lourds médicalement pour un retour à domicile ou un passage en service de suite classique, un service de suite intermédiaire (SSR pluri spécialisé) à durée moyenne de séjour(15 jours). Les résultats à 5 ans sont positifs. Le court séjour médecine-chirurgie-obstétrique a vu se dégager annuellement l’équivalent de 8 000 journées ou 1 600 entrées supplémentaires avec abaissement de leur durée moyenne de séjour et du taux de réhospitalisation en CHU.

En 1998, les services des urgences et MCO du CHU de Limoges fonctionnaient à flux tendu. La durée moyenne de séjour (DMS) était de plus en plus longue en l’absence de structure hospitalière intermédiaire capable de prendre en charge des malades relativement lourds et dont l’état était incompatible avec un retour à domicile ou une prise en charge par des structures de suite tels que moyens et longs séjours.

Pour pallier cette situation difficile, le CHU de Limoges a programmé, dans son plan médical, le positionnement du service de médecine de suite d’aigu (MSA) en service SSR pluri spécialisé s’articulant avec les services aigus suivant trois lignes directrices :
· Réduire le temps d’accès en MSA à moins de 48 heures et assurer un turn-over rapide des patients (DMS de 15 jours à terme),
· Préserver la continuité et la qualité de soins en instituant, pour la première fois en CHU, un vrai partenariat institutionnel entre services d’aigu et de suite, évalué annuellement, avec visites hebdomadaires des médecins de MCO en MSA, staff, protocoles, formation des personnels médicaux et paramédicaux communs. Le service a été sectorisé en trois unités, cancérologie hématologie de suite, orthopédie traumatologie de suite et polypathologie de suite afin d’optimiser l’accueil en fonction des pathologies,
· Garantir aux patients à leur sortie de MSA un projet social performant (débuté en amont) soit vers un retour à domicile (80 % des cas), soit un transfert vers les partenaires d’aval ou d’autres établissements périphériques.

Ce schéma organisationnel innovant a porté rapidement ses fruits : le nombre de patients de MSA passant de 640/an (avec 80 lits) à 1 000/an (avec 67 lits) avec DMS en chute (23 contre 34), c’est donc en MCO l’équivalent de près de 8 000 journées/an(hospitalisation supérieure à 24 h) et donc 1 600 entrées supplémentaires qui ont pu ainsi être potentiellement réalisées avec baisse de la DMS et du taux de réhospitalisation précoce au CHU.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.