Partenariat médecine-chirurgie-obstétrique/médecine suite-réadaptation

Afin de réduire l'engorgement des services des urgences, de médecine, de chirurgie et d'obstétrique du Centre hospitalier universitaire de Limoges par des malades trop lourds médicalement pour un retour à domicile ou un passage en service de suite classique, un service de suite intermédiaire (SSR pluri spécialisé) à durée moyenne de séjour(15 jours). Les résultats à 5 ans sont positifs. Le court séjour médecine-chirurgie-obstétrique a vu se dégager annuellement l'équivalent de 8 000 journées ou 1 600 entrées supplémentaires avec abaissement de leur durée moyenne de séjour et du taux de réhospitalisation en CHU.

Afin de réduire l’engorgement des services des urgences, de médecine, de chirurgie et d’obstétrique du Centre hospitalier universitaire de Limoges par des malades trop lourds médicalement pour un retour à domicile ou un passage en service de suite classique, un service de suite intermédiaire (SSR pluri spécialisé) à durée moyenne de séjour(15 jours). Les résultats à 5 ans sont positifs. Le court séjour médecine-chirurgie-obstétrique a vu se dégager annuellement l’équivalent de 8 000 journées ou 1 600 entrées supplémentaires avec abaissement de leur durée moyenne de séjour et du taux de réhospitalisation en CHU.

En 1998, les services des urgences et MCO du CHU de Limoges fonctionnaient à flux tendu. La durée moyenne de séjour (DMS) était de plus en plus longue en l’absence de structure hospitalière intermédiaire capable de prendre en charge des malades relativement lourds et dont l’état était incompatible avec un retour à domicile ou une prise en charge par des structures de suite tels que moyens et longs séjours.

Pour pallier cette situation difficile, le CHU de Limoges a programmé, dans son plan médical, le positionnement du service de médecine de suite d’aigu (MSA) en service SSR pluri spécialisé s’articulant avec les services aigus suivant trois lignes directrices :
· Réduire le temps d’accès en MSA à moins de 48 heures et assurer un turn-over rapide des patients (DMS de 15 jours à terme),
· Préserver la continuité et la qualité de soins en instituant, pour la première fois en CHU, un vrai partenariat institutionnel entre services d’aigu et de suite, évalué annuellement, avec visites hebdomadaires des médecins de MCO en MSA, staff, protocoles, formation des personnels médicaux et paramédicaux communs. Le service a été sectorisé en trois unités, cancérologie hématologie de suite, orthopédie traumatologie de suite et polypathologie de suite afin d’optimiser l’accueil en fonction des pathologies,
· Garantir aux patients à leur sortie de MSA un projet social performant (débuté en amont) soit vers un retour à domicile (80 % des cas), soit un transfert vers les partenaires d’aval ou d’autres établissements périphériques.

Ce schéma organisationnel innovant a porté rapidement ses fruits : le nombre de patients de MSA passant de 640/an (avec 80 lits) à 1 000/an (avec 67 lits) avec DMS en chute (23 contre 34), c’est donc en MCO l’équivalent de près de 8 000 journées/an(hospitalisation supérieure à 24 h) et donc 1 600 entrées supplémentaires qui ont pu ainsi être potentiellement réalisées avec baisse de la DMS et du taux de réhospitalisation précoce au CHU.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.