Pas de repos pour le progrès médical sur le sommeil

C'est une première en France. Habituellement, les enregistrements du sommeil des patients souffrant de pathologies neurologiques se font en milieu hospitalier. Aujourd'hui, grâce à l'association Hospitalisation à Domicile de l'Agglomération Nancéienne (Hadan) et à l'équipe du Pr Hervé Vespignani chef du service Neurologie du CHU de Nancy, il est désormais possible de prendre en charge certains patients à domicile. Soutenu par la MUCIM Stanislas et accompagné du Pr Jean-Marc Boivin et du chercheur en neurosciences Laurent Koesler, le Pr Vespignani a travaillé plusieurs années sur ce dispositif portable pour arriver à une telle innovation : « En France, il n'est pas possible d'enregistrer le sommeil à domicile, nous avons prouvé le contraire. » 48 patients ont déjà pu bénéficier d'une prise en charge à leur domicile.

C’est une première en France. Habituellement, les enregistrements du sommeil des patients souffrant de pathologies neurologiques se font en milieu hospitalier. Aujourd’hui, grâce à l’association Hospitalisation à Domicile de l’Agglomération Nancéienne (Hadan) et à l’équipe du Pr Hervé Vespignani chef du service Neurologie du CHU de Nancy, il est désormais possible de prendre en charge certains patients à domicile.
Soutenu par la MUCIM Stanislas et accompagné du Pr Jean-Marc Boivin et du chercheur en neurosciences Laurent Koesler, le Pr Vespignani a travaillé plusieurs années sur ce dispositif portable pour arriver à une telle innovation : « En France, il n’est pas possible d’enregistrer le sommeil à domicile, nous avons prouvé le contraire. » 48 patients ont déjà pu bénéficier d’une prise en charge à leur domicile.

Le fonctionnement est simple. Des infirmiers libéraux équipent les patients d’électrodes qui enregistrent tout pendant le sommeil : sommeil profond, sommeil paradoxal, rythme cardiaque, activité des yeux. Les capteurs sont reliés à un module et à une carte mémoire. L’infirmier fournit alors les données nécessaires à l’examen via Internet. Les médecins n’ont plus qu’à interpréter les résultats et le diagnostic final est posé par l’hôpital.

Les atouts sont nombreux : les tracés obtenus sont excellents, la qualité est même meilleure puisque le patient est testé dans son élément, dans son propre lit. Le patient bénéficie d’un confort supplémentaire qui lui permet de subir un examen dans des conditions naturelles puisque son cadre de vie quotidien est inchangé. A noter également : le protocole à domicile coûte 50% moins cher qu’à l’hôpital. En milieu hospitalier, le coût d’un enregistrement s’élève à 575 euros. A domicile, la facture tombe à 330 euros.

Autre avantage, avec la prise en charge à domicile, les délais d’attente sont réduits, tandis que pour un examen à l’hôpital il faut compter plus de quatre mois.

Innovation, confort et qualité sont réunis pour enregistrer dans des conditions optimales tous les paramètres nécessaires à l’étude du sommeil.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.