Passage aux urgences des personnes âgées : le CHU Amiens-Picardie optimise ses pratiques

Pour améliorer la prise en soins des personnes âgées résidant en maison de retraite, les professionnels de l’EHPAD Les Hortillons et des urgences du CHU Amiens-Picardie ajustent leurs pratiques avec le projet régional ASSURE.
Pour améliorer la prise en soins des personnes âgées résidant en maison de retraite, les professionnels de l’EHPAD Les Hortillons et des urgences du CHU Amiens-Picardie ajustent leurs pratiques avec le projet régional ASSURE.

C’est dans un contexte de crise et d’engorgement des structures d’urgences que le projet ASSURE (Amélioration des SoinS d’URgence en EHPAD), initié par l’ARS Hauts-de-France et porté par le Groupe Hospitalier Loos-Haubourdin a été mis en place en collaboration entre de nombreux acteurs pluridisciplinaires des Hauts de France : CHU de Lille et d’Amiens, Association des médecins coordonnateurs de Picardie, l’association des urgentistes Nord/Pas de Calais Collège de Médecine d’Urgence 59-62 et des professionnels d’EHPAD … L’objectif est d’améliorer la coordination des soins entre établissements de santé et EHPAD.
Les transferts d’établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes vers les urgences non programmées potentiellement évitables et inappropriées, ont un impact négatif sur les personnes âgées fragiles ou dépendantes et favorisent le déclin fonctionnel et cognitif. Mieux prendre en soins les personnes âgées relève de plusieurs stratégies complémentaires : la prise en charge optimale des maladies chroniques et des syndromes gériatriques par les médecins traitants, et d’autre part, de la mise en place par les EHPAD de politiques de prévention des risques et d’alternatives à l’hospitalisation.

Améliorer la coordination

Les liens plus forts créés entre les services des urgences et la gériatrie et l’utilisation d’outils innovants participent à un juste et optimal recours aux structures d’urgences notamment des personnes âgées dans le contexte d’engorgement des urgences et de vieillissement démographique.
Le projet d’Amélioration des SoinS d’URgence (ASSURE), spécifique aux établissements d’hébergement pour personnes âgées (EHPAD), a pour objectifs de former aux bons réflexes dans les situations les plus fréquentes de recours au SAMU ou centre 15 et d’améliorer la coordination des soins entre établissements de santé et EHPAD.
Le CHU Amiens-Picardie participe au comité de pilotage qui associe également le CHU de Lille, le Groupe Hospitalier Loos Haubourdin, l’association des urgentistes Nord/Pas de Calais, l’association des médecins coordonnateurs de Picardie, l’ORU et des professionnels d’EHPAD.

Formation des professionnels

Le kit d’outils spécifiques comprend des fiches pratiques pour les personnels des deux secteurs concernés : fonctionnement des structures d’urgences, conduites à tenir en cas d’urgence (1), fonctionnement des EHPAD. Ce kit s’accompagne d’outils pédagogiques: grille de retour d’expérience, affiches, flyers à destination des médecins, ou encore un jeu de cartes-jeu de rôle baptisé Cluehpad.
Des trinômes gériatre -urgentiste- médecin coordonnateur d’Ehpad ont été formés sur la région Picardie par le Pr Christine AMMIRATI chef du service des urgences et par le Pr Frédéric BLOCH, chef du service de gériatrie du CHU Amiens-Picardie selon une formule « train the trainer » ou « forme le formateur ». Ce projet est décliné sur les 49 sites d’urgences et les 24 filières gériatriques du territoire accompagnés des 2 Chargés de mission financés par l’ARS Hauts-de France.
Afin de sensibilisation et former à l’utilisation du kit « réflexe » toutes les équipes de toutes ces structures, chacun des trinômes formés ira à son tour former un trinôme -directeur, médecin coordonnateur et cadre de santé ou infirmière coordinatrice dans chaque EHPAD du territoire.
1 – Dix-neuf fiches "Conduites à tenir" ont par exemple été élaborées sur les sujets suivants : Résident douloureux ; Chute ; Fièvre ; Plaie ; Hypoglycémie ; épistaxis (saignement de nez) ; Difficulté respiratoire ; Douleur thoracique ; Comportement aigu/Agitation inhabituelle ; Convulsion  ; Maux de têtes importants ; Douleurs abdominales ; Arrêt prolongé des selles ; Diarrhées aiguës ; Vomissements ; Peu ou pas d’urines ; Traumatisme crânien ; Grosse jambe chaude et Crise suicidaire.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.