Passer son brevet ou son bac à l’hôpital

Hospitalisés, scolarisés et... candidats aux examens. A Marseille, 18 jeunes patients se préparent à passer le brevet des collèges, le bac de français et le bac général. Pour eux, le centre scolaire de la Timone se transforme en centre d'examen.

Hospitalisés, scolarisés et… candidats aux examens. A Marseille, 18 jeunes patients se préparent à passer le brevet des collèges, le bac de français et le bac général. Pour eux, le centre scolaire de la Timone se transforme en centre d’examen.

A partir de jeudi 17 juin, 6 candidats vont passer le Bac général
3 d’entre eux vont étaler les épreuves sur la session de juin et celle de septembre, comme la loi les y autorise. Il existe en effet des dispositions spéciales dont peuvent bénéficier des candidats malades ou handicapés.

3 autres candidats, trop éprouvés en ce moment, reportent la totalité des épreuves en septembre, ce qui porte cette année à 9 le nombre de candidats à l’hôpital.

Lundi 21 juin, 6 autres candidats de 1ère présenteront les épreuves anticipées écrites, et le lendemain les oraux de français.

Enfin, mardi 29 et mercredi 30 juin, 6 candidats subiront les épreuves du Brevet des Collèges.

Rares sont les académies qui offrent aux patients la possibilité de passer les épreuves de l’Education Nationale sur le lieu de leurs soins. Cette organisation a été rendue possible d’abord par la volonté et le travail de ces élèves, par l’ensemble des enseignants du Centre Scolaire qui se mobilisent pour leur donner toutes leurs chances, mais aussi par la disponibilité et le professionnalisme du personnel du bureau du Baccalauréat au Rectorat d’Aix-Marseille qui met tout en oeuvre pour que les candidats puissent composer à l’hôpital.

Les épreuves se déroulent dans plusieurs salles, parfois dans la chambre des enfants lorsqu’ils ne peuvent pas se déplacer.
Les candidats composent dans les conditions normales, avec des sujets identiques à ceux de tous les centres d’examen, sur des copies anonymes, en présence de surveillants. Ils bénéficient d’un tiers temps supplémentaire, parfois d’un secrétaire.

L’équipe pédagogique, composée de dix instituteurs spécialisés et de quatre professeurs du second degré, permet ainsi que la scolarité des élèves ne soit pas affectée par leur hospitalisation.
Le centre scolaire de la Timone accueille chaque année 2 000 élèves âgés de 5 à 18 ans.
L’hôpital Nord dispose lui aussi d’un centre scolaire, qui assure aux enfants et adolescents malades un enseignement du CP à la Terminale, avec du personnel de l’Education Nationale.

Contact
Christian DUCH
Directeur Centre Scolaire
CHU Timone-Enfants
04 91 38 66 90

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.