Pasteur 2 : avec la nouvelle année, les travaux de la phase 2 reprennent !

Lors de la cérémonie des vœux, Charles Guépratte, directeur général du CHU de Nice s'est réjoui d'avoir reçu l'aval du ministère de la santé pour poursuivre la construction de Pasteur 2 - phase 2, achevant ainsi le monobloc principal du CHU. Le bâtiment neuf réunira les spécialités médicales actuellement hébergées dans des sites vieillissants du Haut Pasteur. Il donnera de la cohérence et de la visibilité à ces activités et renforcera leur attractivité. Cette deuxième tranche est inscrite au programme d’investissement pour plus de 100M€. Et le premier patient est attendu pour le 1 décembre 2021.
Lors de la cérémonie des vœux, Charles Guépratte, directeur général du CHU de Nice s’est réjoui d’avoir reçu l’aval du ministère de la santé pour poursuivre la construction de Pasteur 2 – phase 2, achevant ainsi le monobloc principal du CHU. Le bâtiment neuf réunira les spécialités médicales actuellement hébergées dans des sites vieillissants  du Haut Pasteur. Il donnera de la cohérence et de la visibilité à ces activités et renforcera leur attractivité. Cette deuxième tranche est inscrite au programme d’investissement pour plus de 100M€. Et le premier patient est attendu pour le 1 décembre 2021.

Lors de son allocution, le directeur général a également annoncé la création d’hôtels hospitaliers sur les sites de l’Archet et Pasteur afin de libérer le potentiel ambulatoire du CHU, tout en associant confort et sécurité pour les malades.
L’architecture numérique est aussi à l’ordre du jour avec l’accélération de la digitalisation du CHU, la dématérialisation complète des dossiers, la reconnaissance vocale, les plateformes de prise de rendez-vous par internet… Toutes ces solutions qui facilitent le dialogue entre le patient et l’hôpital. Le circuit d’organisation de l’ensemble des consultations sera aussi revu pour simplifier et limiter les formalités administratives et l’attente. Le CHU de NICE disposera d’un dossier patient informatisé complet d’ici la fin de l’année « afin de faciliter l’échange d’informations au sein de l’hôpital et la parfaite valorisation de son activité ».
Enfin, faisant référence au rapport de la Cour des comptes qui préconise  la concentration de la recherche sur 5 à 10 CHU de très grande taille. Charles Guépratte a déclaré que "Le déclassement n’est pas une option" et qu’une "politique d’alliance et de valorisation de la recherche sera menée avec l’Université Côte d’Azur, le CNRS et l’INSERM". L’engagement du CHU en faveur de la recherche relève aussi de collaborations avec la faculté de médecine, afin de repérer les talents de demain, dans un processus de révision hospitalo-universitaire rénovée. Avec les collectivités, et en particulier la métropole Nice Cote d’Azur un écosystème favorable à l’innovation en santé est à construire à travers la participation active des équipes aux projets de cité européenne de la santé ou Delvalle 2.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.